La Déesse avait été stricte dans ses instructions. Avant d’entrer en sa présence, on m’a ordonné de me raser le visage et le corps, en faisant particulièrement attention entre les cuisses. On m’a également demandé de me couper les ongles des doigts et des orteils. Comme les activités de la nuit allaient nécessiter ma féminisation totale, on m’a demandé de me déguiser en Femme salope. J’ai également dû obtenir (à mes frais, bien sûr) une chambre d’hôtel pour ce samedi soir, dans l’hôtel le plus sordide du quartier chaud. La Déesse a stipulé que la chambre devait donner sur la rue. Elle m’a donné un cadenas et m’a dit à l’avance comment je devais l’utiliser. Bien sûr, elle a gardé la clé correspondante. À mes frais, j’ai acheté un casier en acier de la taille nécessaire et une longueur de chaîne en acier. On m’a également demandé d’apporter mon mini-téléphone sans fil, qui s’attache derrière mon oreille et qui est suffisamment petit pour être presque invisible.

Je me suis conformé à toutes ses instructions. Dès que j’ai pris possession de la chambre d’hôtel, j’ai déclenché tous les éléments de mon déguisement féminin, y compris la perruque et le maquillage. J’ai pris tout mon argent liquide dans mon portefeuille et l’ai placé sur la table, puis j’ai mis mon portefeuille (contenant ma carte d’identité et mes cartes de crédit) dans le casier. J’ai également mis mes clés de maison et mes clés de voiture sur la table. Ensuite, j’ai enlevé tous mes vêtements d’homme. Lorsque je me suis entièrement déshabillé, j’ai fait ce que la Déesse m’avait demandé de faire ensuite. J’ai mis tous les éléments de mon identité masculine – mes vêtements, mes chaussures, mes cartes de crédit et ma carte d’identité – dans le casier. Puis j’ai fermé le casier, en enroulant la chaîne dans ses poignées et dans les tuyaux du radiateur de la chambre d’hôtel. j’ai enclenché le cadenas en place. Maintenant mon identité masculine – y compris mes vêtements masculins – était solidement cadenassée dans la boîte en acier, qui était verrouillée au radiateur. La Déesse avait la seule clé. Je devais être sûr qu’elle l’apporterait ce soir.

J’ai suivi l’instruction suivante que la Déesse m’avait donnée : j’ai pris une douche avec de l’huile corporelle parfumée, pour enlever mon odeur masculine et laisser ma peau douce, sans poils et sentant aussi Girly que possible.

On a frappé à la porte : un coup familier spécial. Rapidement, j’ai admis la Déesse. Elle était toujours aussi cruellement belle, mais elle avait intentionnellement changé son maquillage et sa coiffure par rapport à son look habituel. Si elle était vue avec moi pendant ma féminisation publique, personne ne la reconnaîtrait.

La Déesse s’est rendue directement à la table, confisquant tout mon argent sans le compter. Elle a pris mes clés et les a déposées dans son sac à main. Puis elle m’a salué en me donnant une dure claque au visage de sa main gantée de cuir. Sachant qu’en cette occasion, il ne serait pas approprié de m’agenouiller, je me suis humblement tenu nu devant la Déesse – me retournant et levant les bras comme elle l’avait ordonné – tandis qu’elle s’assurait que j’étais bien lisse, doux et sans cheveux.

La Déesse avait apporté une vieille cape d’infirmière, drapée sur son bras. Peut-être avait-elle l’intention de se glisser dans cette cape si la soirée devenait plus froide.

Elle avait apporté un harnais d’esclave et plusieurs godes car elle voulait que je fasse l’expérience d’une bite dans ma chatte de chochotte tout au long de cette rencontre. Maintenant, mes yeux s’écarquillent d’horreur lorsque sa main gantée pénètre dans son sac et en sort une énorme bite en latex, longue de 15 cm et épaisse de 10 cm. En voyant le regard terrifié sur mon visage, la déesse a ri : “Peut-être que tu prendras celle-ci une autre fois, Sissy. Pour ce soir, je veux que tu sois capable de marcher avec une bite en toi. Alors peut-être que le petit Pee-Wee ici présent suffira”. La Déesse fouilla à nouveau dans son sac, et en sortit un gode plus petit : à peine 8 pouces de long et 3 pouces d’épaisseur. Pour l’instant, ce gode était simplement posé sur le lit… bien en vue, pour que je sache ce qui m’attendait.

Elle m’a mis dans le harnais d’esclave… en rentrant mes babioles mâles entre mes cuisses, puis en tirant la lanière en cuir de l’entrejambe vers l’arrière entre mes jambes et en la serrant douloureusement jusqu’à ce que mon entrejambe soit maintenant absolument plat, sans aucun vestige de bosse masculine. La sangle d’entrejambe en cuir était doublée de latex imperméable et comportait un trou oblong au cas où j’aurais besoin d’uriner … mais, lorsque les minuscules cadenas se sont mis en place dans mon dos, emprisonnant mes parties génitales repliées, je savais que – jusqu’à nouvel ordre – je ne serais pas capable d’utiliser un urinoir. (La Déesse pourrait exiger que je DEVIENNE un urinoir, mais je n’en utiliserais pas).

La Déesse m’a mis dans mon corset, en le serrant douloureusement jusqu’à ce que je sois à la taille de guêpe et que je ne puisse respirer qu’avec de faibles halètements. La moitié inférieure du corset s’ajustait parfaitement sur la moitié supérieure du harnais d’esclave, empêchant le retrait du harnais. Ensuite, la déesse m’a aidé à m’habiller avec le reste de mon costume de salope : des bas noirs, attachés aux jarretières du bas de mon corset. Une minijupe en cuir noir, fendue des deux côtés, avec une ceinture nouée autour de ma taille. Des bottes noires à hauteur des genoux. La déesse avait stipulé que ces bottes devaient avoir des talons aiguilles d’au moins 10 cm de haut, pour que je puisse marcher avec mais pas courir. Si je rencontrais des problèmes ce soir, je ne pourrais pas m’enfuir. La déesse a pris dans son sac à main deux fines chaînes de cheville avec de minuscules cadenas en acier. Elle a glissé une chaîne autour de la cheville d’un de mes pieds bottés, a serré la chaîne, puis l’a verrouillée, puis a fait de même avec l’autre chaîne et mon autre cheville… pour que je ne puisse pas enlever les bottes à talons hauts.

Mon costume de salope comprenait un soutien-gorge long noir avec des bonnets de 46DD. “Un de ces jours, je vais te faire mettre des implants mammaires, sale petite salope”, a juré la déesse alors qu’elle mettait des faux en latex de la taille d’un DD dans les bonnets de mon soutien-gorge. J’avais apporté une paire de gants en satin noir à longueur de coude pour aider à la féminisation de mes bras… pourtant, bizarrement, la Déesse semblait totalement indifférente à mes bras, comme si cette partie de mon déguisement féminin n’avait pas d’importance.

Elle m’a ordonné de ne pas bouger – j’étais reconnaissante de ne pas encore porter son gode dans ma chatte – pendant qu’elle m’appliquait le maquillage et les faux cils, transformant mon visage en une parodie salope de la beauté féminine. Puis elle a pris ma perruque et elle a inspecté les longues tresses couleur flamme avec approbation : “Je vois que ma petite salope va être rousse ce soir. Très bien”. J’ai mis une chaussette à perruque par-dessus le peu de cheveux mâles courts que j’avais sur le cuir chevelu, puis la déesse a ajusté la perruque à ma tête et l’a ajustée, en utilisant des épingles à cheveux pour fixer le bonnet intérieur de la perruque à ma chaussette à perruque. Elle a soigneusement fixé mon mini-téléphone sans fil à mon oreille droite, puis a ajusté les longs cheveux rouges de ma perruque pour dissimuler cela. J’ai remarqué le téléphone sans fil personnel de la déesse sur la table, à côté de son sac à main.

Enfin et surtout, j’ai remarqué le téléphone sans fil personnel de la déesse sur la table, à côté de son sac à main : “Maintenant, prends une grande respiration et penche-toi, petite mauviette”, me dit la Déesse pendant qu’elle lubrifie son gode. Ignorant mes gémissements, la déesse a fourré son énorme bite dans ma chatte de chochotte, puis l’a cadenassée dans l’œillet anal à l’arrière du harnais d’esclave. Ce gode était maintenant fermement en moi et le resterait.

La Déesse m’avait dit à l’avance ce à quoi je devais m’attendre : maintenant que j’étais totalement féminisée, elle m’escorterait en bas dans la rue, puis à l’extérieur. Elle me suivrait à distance de sécurité pendant que je ferais le tour du pâté de maisons une fois, habillé comme un bonimenteur de rue et titubant impuissant en talons hauts, dans le quartier chaud un samedi soir sombre. Si quelqu’un s’approchait de moi ou me menaçait – pensant que j’étais seul dans une rue sombre, sans témoin – la déesse sifflait fort. Après un tour du quartier, la déesse me laissait rentrer à l’hôtel, puis me raccompagnait à l’étage jusqu’à cette chambre … où elle me récompensait pour mon obéissance après mon bref goût de féminisation publique en tant que salope de rue.

L’hôtel n’avait pas d’ascenseur. J’avais du mal à descendre les escaliers en talons aiguilles de 15 cm, surtout avec ma taille serrée et un gode entassé en moi. Je devais marcher sur le côté, mes énormes faux seins en double D frétillant dans mon soutien-gorge. La déesse a doucement pris mon bras d’une main, la cape de son infirmière a recouvert son autre bras pendant qu’elle me guidait doucement dans les escaliers. Plusieurs vraies putes – dont certaines avec des caleçons – sont passées dans l’escalier et se sont moquées de moi. J’ai essayé d’utiliser mes bras pour garder mon équilibre, mais la Déesse m’a ordonné de mettre les deux bras derrière mon dos et de les garder là. je savais qu’il valait mieux ne pas désobéir.

Enfin, elle me conduisit au rez-de-chaussée et à l’entrée de l’hôtel. J’essayai de prendre une grande respiration malgré le corset, sachant que dans un instant je m’exposerais en public complètement salope. je tenais encore les deux bras derrière mon dos. Soudain, je me suis sentie gantée. Des mains féminines me saisissaient les poignets, et j’ai entendu un “clic-clic” métallique. La déesse m’avait menotté !

“Oh, j’ai oublié de te dire, sale petite salope : J’ai fait un léger changement de plan”, ronronna la Déesse en drappant soigneusement sa cape à la taille sur mes épaules, puis en l’enroulant autour de ma gorge. Je me suis aperçue dans un miroir mural tout proche : la cape était ouverte sur le devant, exposant mes énormes seins et ma taille corsetée, mais la cape cachait mes bras menottés derrière mon dos ! J’étais maintenant féminisée, mais la Déesse m’avait confisqué les bras … et avait enfermé un gode dans ma chatte !

Juste quand je pensais que mon humiliation ne pouvait pas être pire, la Déesse a pris un petit objet dans son sac à main et l’a accroché au sommet de mon corset, directement sous mes énormes seins. Alors que j’essayais de regarder vers le bas pour voir ce que c’était, une longue mèche de cheveux rouge flamme de ma perruque est tombée devant mes yeux crêpés. Mais je pouvais encore voir l’objet que la déesse m’avait attaché : sous mes énormes seins et au-dessus de ma taille corsetée, je portais maintenant un panneau en plastique avec des lumières rouges brillantes L.E.D. qui formaient les mots FREE BLOWJOBS !

“Passe une nuit bien remplie, sale pute”, se moquait la déesse, me poussant dans la rue et fermant la porte derrière moi. Elle ne se fermait pas, mais sans mes bras, je ne pouvais pas l’ouvrir de toute façon. Par la porte fermée, la Déesse m’a sifflé dessus : “Va vers ce lampadaire, puis attends d’autres instructions. N’oublie pas de remuer ton cul comme une bonne petite salope. Fais ce que je te dis, ou je sors d’ici avec tes vêtements d’homme et tes clés”.

En portant des talons aiguilles, je me suis frayé un chemin sur le trottoir en passant devant deux putes. Alors qu’elles me regardaient, j’ai remarqué qu’une de ces putes de rue était bien une Shemale : peut-être que l’autre l’était aussi.

En m’approchant du lampadaire avec ma plus belle démarche de salope, j’ai entendu la voix de la déesse dans l’écouteur sous ma perruque : “Très bien, sale pute. Je suis de retour à l’étage, dans la chambre avec tes vêtements. Je te laisserai peut-être t’échapper à nouveau si tu fais ce qu’on te dit. Maintenant, écoute bien, salope.”

Je me tenais sous le lampadaire dans l’air froid de la nuit, frissonnant dans mon maigre costume de salope et tremblant d’humiliation et de terreur devant mon impuissance. En écoutant la voix de la déesse dans mon oreille, j’ai regardé droit devant moi la vue en face du lampadaire : une benne à ordures sale dans une ruelle sale.

“Voici tes ordres, salope”, m’a ordonné la Déesse. “Tu vas faire des allers et retours dans ce quartier, en remuant ton cul comme une pute et en restant toujours là où je peux te voir par la fenêtre. Si tu quittes ma vue, je sortirai de cette chambre d’hôtel et je prendrai avec moi tes vêtements, tes clés et ta carte d’identité”.

J’ai dû gémir parce que j’ai entendu la déesse glousser dans mon oreille. “Comme vous l’avez probablement remarqué maintenant, salope, toutes les putes qui travaillent dans cette rue particulière ne sont pas génétiquement des Femmes … donc je me fiche vraiment que vous passiez pour Femme ou pas, parce que les hommes qui visitent ce quartier ne s’en soucient pas non plus. Maintenant, fais attention, putain : fais des allers et retours, remue ton cul, et n’oublie pas de sortir tes seins. J’espère que ma grosse bite dans ta chatte de chochotte te fait du bien. Ne laisse pas tes gros nichons couvrir ton panneau, des pipes sans publicité. Chaque fois qu’un homme s’approche de vous, MÊME s’il s’agit d’un policier, vous vous approcherez de cet homme – en essayant de vous faire passer pour la plus salope possible – et vous lui proposerez une pipe gratuite. J’entendrai votre voix sur cette ligne téléphonique, et je m’attendrai à ce que vous parliez d’une voix féminine ou du moins à ce que vous fassiez une tentative décente. Lorsque vous proposerez de tailler une pipe gratuite à un parfait inconnu, je vous permettrai de lui demander – avec une voix de femme – de porter un préservatif, mais tout homme qui veut baiser une sale pute comme vous sans préservatif a le droit de le faire. Si un homme vous demande pourquoi vous voulez qu’il porte un préservatif alors que vous le sucez, vous êtes tenue de lui dire – d’une voix féminine – que vous êtes une sale pute et que vous avez une maladie. Si le mec veut te baiser la chatte au lieu de te faire une pipe, dis-lui que tu as tes règles. Si le mec veut te baiser, dis-lui que tu as une infection à levures dans le cul mais que ta bouche est ouverte au commerce. Si un homme accepte de se faire sucer par une sale pute comme toi, alors tu t’agenouilleras dans la rue où je peux te voir et tu le suceras pendant que je regarde d’en haut avec des jumelles. J’attendrai de toi que tu sois une bonne sale pute et que tu termines la pipe. Dommage que tu ne puisses pas utiliser tes mains. Naturellement, je m’attendrai à ce que vous avaliez … et vous remercierez votre “john” par la suite. Sois reconnaissant, je ne m’attends pas à ce que tu fasses la révérence, surtout avec cette énorme bite dans ta chatte de chochotte. Je suppose qu’il ne sera pas facile de s’agenouiller avec des menottes et de se relever ensuite… mais c’est votre problème, pas le mien. Si l’un de tes “clients” décide de t’emmener ailleurs pour sa pipe gratuite, tu iras avec lui et tu lui donneras ce qu’il veut. N’oubliez pas que vous êtes la pute ici, et que vous faites ce qu’on vous dit. Je garderai cette ligne téléphonique ouverte, afin de pouvoir entendre tout ce qui se passe si un type te met dans sa voiture et t’emmène dans le passage souterrain de l’autoroute pour sa pipe. Dommage que je n’aie pas apporté de webcam. Après avoir avalé la charge de votre micheton, vous aurez cinq minutes – en marchant en talons hauts – pour retourner sous le lampadaire où je peux vous voir … ou alors je pars, et je prends votre identité masculine avec moi. Pendant que vous sucez la bite, essayez de ne pas étaler votre rouge à lèvres. Dommage que tu ne puisses pas t’essuyer la bouche, sans tes mains”.

La déesse ricana de nouveau tandis qu’elle continuait à me chuchoter à l’oreille ses plans diaboliques de loin : “Je pense que je vais commencer par te faire une fellation gratuite à CINQ parfaits inconnus, pour te rappeler quelle sale petite salope tu es. Peut-être que la semaine prochaine, je te ramènerai ici et te ferai sucer dix mecs. Attends une minute : les noirs ont de plus grosses bites, non ? Et on me dit qu’elles ont un goût plus funky. Si tu suces un noir, je te donnerai le mérite d’avoir sucé DEUX bites.”

A ce moment là, la Déesse riait carrément en me donnant mes ordres : “Il te faudra probablement au moins une demi-heure pour sucer cinq parfaits inconnus, même un samedi soir très chargé. Si tu as besoin de faire pipi, je te permettrai de te soulager de la même manière que les “working girls” le font pendant qu’elles font des passes. Tu traverseras la rue, tu iras derrière cette benne, tu t’accroupis, tu écarteras les cuisses pour soulever ta jupe, et tu feras pipi à la manière d’une fille. Pendant que vous faites pipi, je veux entendre votre voix sur cette ligne téléphonique alors que vous avouez que vous vous accroupissez pour faire pipi parce que vous n’avez pas de pénis. Dommage que tu ne puisses pas t’essuyer après. Quand vous aurez fini, retournez de ce côté de la rue et recommencez à distribuer des pipes gratuites. Pour ton bien, j’espère que les autres putes ne découvriront pas que tu donnes gratuitement ce qu’elles essaient de vendre : elles pourraient se fâcher contre toi. La plupart des putes de ce quartier – y compris les Shemales – travaillent pour des proxénètes. Je ne voudrais pas être dans votre position lorsque les proxénètes locaux découvriront qu’une pute indépendante fait des pipes gratuitement”.

J’ai entendu le rire de la déesse dans mon oreille tandis que mon corps féminisé tremblait et frissonnait. Ce n’était PAS ce que j’avais consenti à vivre. C’était censé être le frisson rapide et soudain d’une promenade fiévreuse dans une rue publique déguisée en femme : un bref goût de féminisation publique, puis une fuite rapide vers la sécurité de mon identité masculine familière. Pas ça !

La Déesse m’avait trompé. Ce soir, j’allais faire l’expérience du rôle qu’ELLE avait ordonné pour moi : une putain de rue, totalement impuissante et sans l’usage de mes bras.

Le gode qu’on m’a enfoncé dans la chatte de ma poule mouillée et qu’on m’a mis en place était épais et dur : il me rappelait ce que je pouvais m’attendre à ressentir plusieurs fois dans ma gorge ce soir.

Il y avait une voiture garée à deux pâtés de maisons de chez moi. Dans l’obscurité, je pouvais voir mon corps féminisé se refléter dans le pare-brise de la voiture… grâce aux lumières rouges du panneau “FREE BLOWJOBS” que je portais, visible à cette distance.

J’étais terrifiée. J’avais désespérément besoin de faire pipi : le corset serré que je portais et l’énorme gode à l’intérieur de mon rectum me serraient la vessie. Si je pouvais réduire cette pression, j’aurais un peu moins mal.

En titubant en talons hauts, j’ai traversé la rue en direction de la benne à ordures. Alors que je m’en approchais, une pute s’est soudainement levée derrière la benne, redressant sa minijupe. Elle m’a vu, et a éclaté de rire. Je me serais sentie un peu moins humiliée à ce moment-là si au moins j’avais pu sortir mon tuyau d’arrosage, pour faire mes affaires de façon masculine traditionnelle. Mais je serais en train de pisser à la manière d’une fille maintenant.

Il y avait une flaque de pisse et de merde derrière la benne à ordures, mais pas assez de place pour que je puisse l’éviter. Complètement féminisée, je me suis accroupie et j’ai écarté mes cuisses pour pouvoir pisser comme une pute. J’ai détendu ma vessie, et ma pisse – pas un fier geyser mâle, mais un mince filet féminin – s’est écoulée d’entre mes cuisses. En me souvenant du commandement de la déesse, j’ai parlé d’une voix féminisée pendant que je faisais ma pisse féminisée : “Je m’accroupis pour pisser parce que je n’ai pas de pénis.”

J’ai enfin fini et je me suis levée. Ma minijupe était de travers, mais mes bras menottés ne pouvaient pas l’ajuster. Alors que je m’éloignais de la benne, titubant en talons hauts, une très grande prostituée s’est précipitée sur moi et m’a écarté. “C’est mon tour maintenant, salope”, m’a-t-elle dit, alors qu’elle se tenait derrière la benne à ordures. “Retourne travailler, ma fille.” Pendant qu’elle parlait, la prostituée a soulevé sa jupe, a sorti son énorme bite et s’est mise à pisser. C’était une Shemale !

“Tu en veux, salope ?” demanda le Shemale, en pointant sa bite vers moi pendant qu’elle pissait dans ma direction. Dans mon oreille, j’ai entendu la voix chuchotée de la déesse : “Arrête de fixer la bite de cette dame et retourne travailler, avant que je ne décide de te faire tailler une pipe ! Non, attends une minute, salope : J’ai une meilleure idée.”

N’osant pas désobéir, je suis restée debout, tremblante et féminisée, pendant que la Déesse me donnait mon prochain ordre : “Pendant que cette pute sort sa bite, tu la regarderas directement dans les yeux et tu lui diras qu’elle a un pénis mais que tu n’en as pas. Tu maintiendra le contact visuel pendant qu’elle répondra.”

Trop terrifié pour désobéir, j’ai regardé l’immense queue de la pute Shemale … puis je l’ai regardée dans les yeux et j’ai avoué : “Tu as un pénis, mais pas moi”, lui dis-je, rougissant de honte.

“Eh bien, alors je suppose que je suis un meilleur homme que toi”, a dit la Shemale, en remettant sa bite dans sa jupe, et en l’ajustant.

“Très bien, sale pute”, dit la voix cruelle de la déesse à mon oreille. “Maintenant, retourne au lampadaire et commence à faire des tours. N’oublie pas de remuer ton cul.”

Tremblant de peur et de honte, je m’éloignai docilement de la benne à ordures… mes talons hauts claquaient fort tandis que je me dirigeais vers le lampadaire.

Plusieurs putes de la rue me regardaient et riaient, et deux d’entre elles se chuchotaient derrière les mains. Soudain, l’une d’entre elles a levé les yeux vers quelque chose derrière moi : “Oh, merde ! Regardez qui arrive !” a-t-elle dit aux autres prostituées. “Je connais ces gros durs … et je ne les prendrai pas ! Ils aiment abîmer la marchandise !”

Rapidement, les prostituées se sont dispersées. Je me suis retourné pour voir qui elles fuyaient. Deux énormes hommes noirs musclés, habillés de vêtements voyants et de longs manteaux de cuir, se pavanent devant moi : l’uniforme traditionnel des proxénètes ! Ils m’avaient déjà vu… et je ne pouvais pas m’enfuir, avec les talons aiguilles qui étaient cadenassés à mes pieds. Une brise nocturne faisait flotter la cape que je portais, exposant brièvement mes poignets menottés et révélant que j’étais totalement impuissante dans ma féminisation.

L’un des deux proxénètes noirs – celui qui était plus grand, plus musclé et plus costaud que l’autre – m’a fait signe d’une main, tandis que son autre main caressait l’entrejambe bombé de son jean … et commençait à le dézipper. “Yo, salope blanche, viens ici”, me dit-il en me regardant. “J’ai quelque chose pour toi, salope.” Je l’ai entendu murmurer à l’autre homme noir : “Va chercher ma limousine. On emmène cette salope blanche faire un tour. On va peut-être la tester, et elle pourra travailler pour moi.”

J’ai gémi, complètement impuissant. Dans mon oreille, je pouvais entendre le rire de la déesse : “On dirait que tu vas être occupée pendant un moment, espèce de mauviette. Je me demande ce que dira ton nouveau mac quand il découvrira que tu es faite pour ne prendre que DEUX bites à la fois – une à chaque extrémité – et non TROIS. Peut-être qu’il s’en fichera que tu n’aies pas de vagin, tant que tes autres trous fonctionnent. Peut-être qu’il te fera modifier, et à cette heure demain, tu auras un vagin. De toute façon, tu vas aller t’amuser avec ton cavalier du bal de promo.” La déesse rit en parlant : “Je rentre à la maison maintenant, salope. Tu n’auras plus besoin de ces vêtements d’homme, ni de tes clés et de ta carte d’identité, alors je vais les prendre avec moi. N’oublie pas d’avaler !”

histoire porno sissy