C’était un samedi matin comme les douze derniers. Je me suis réveillé à côté de ma Maîtresse dans l’espoir que ce soit le bon jour. Elle est allongée là, aussi sexy et belle que la première fois que je me suis réveillé à côté d’elle. La bretelle de sa chemise de nuit en soie avait glissé sur une épaule, exposant la parfaite courbure de sa poitrine. Elle dort avec un sourire sur les lèvres. Elle devrait sourire, après les nombreux orgasmes de la nuit dernière que je lui ai servis. Je commençais à croire qu’elle n’allait jamais dire : “Ça suffit, je n’en peux plus”. J’ai dû avoir la tête entre ses cuisses sexy pendant plus d’une heure, et au moins trois orgasmes. Puis elle a demandé du sexe, mais pas de la façon dont vous pourriez le penser. Vous voyez ces jours-ci, je n’ai que rarement des rapports sexuels pénétrants avec elle, la plupart du temps au moyen d’un strap-on. Vous voyez, je suis enfermé dans une ceinture de chasteté en acier, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, avec elle qui contrôle les seules clés. Elle a eu deux autres orgasmes grâce à la ceinture, puis elle m’a finalement quitté et s’est endormie. Le sommeil ne m’est pas venu aussi vite. Ma, ou devrais-je dire, “sa bite” n’a pas cessé de penser que c’est elle qui aurait dû baiser. Pas la fausse, attachée juste au-dessus. Mais finalement, je me suis endormi, en rêvant qu’un jour peut-être, c’est moi qui baiserai à nouveau ma femme.

Le lendemain matin, le soleil était à la fenêtre quand elle s’est réveillée, se retournant sur le côté, en serrant le pénis et en le pressant ; elle m’a dit : “Ma chère, pensez-vous que vous êtes prête à avoir un orgasme tout seul ? “Oui Maîtresse”, je lui ai répondu.

“S’il te plaît, dis-moi combien de temps ça fait cette fois ?” Elle me demanda. Tout cela faisait partie du jeu, me taquinant en me faisant compter les jours, les semaines ou même les mois. “90 jours aujourd’hui”, lui ai-je dit.

“Wow. Trois mois, ça semble même pire encore. Ça ne me semble pas si long que ça. Mais j’ai du mal à compter tous les orgasmes que j’ai. Si tu es sûre d’en vouloir un, tu connais les règles du jeu, non ?” “Oui Maîtresse, je le sais, et je ferai tout ce que vous voulez pour gagner mon orgasme aujourd’hui.”

“C’est un bon petit esclave. J’ai quelque chose de spécial en réserve pour toi cette fois. D’abord, fais le café, enlève cette lanière et nettoie-le. Ensuite, tu prends une douche rapide.”

“Oui Maîtresse.” En me levant du lit, j’ai commencé à prendre le café et je me suis ensuite occupée de ma douche. Ma maîtresse était en train de mettre des oreillers en place et commençait à lire son livre érotique lorsque je suis entré dans sa chambre avec son café et un bagel grillé.

“Va me préparer un bain chaud et parfumé, Esclave.” “Oui, Maîtresse.” Je l’ai quittée et je suis entrée dans la salle de bain principale. J’ai versé ses huiles parfumées préférées dans le bain et je l’ai rempli d’eau chaude. Je n’ai même pas remarqué qu’elle se tenait derrière moi alors que je finissais de faire couler l’eau du bain. Mon cœur a failli ne pas en croire ses yeux lorsqu’elle s’est tenue nue au-dessus de moi. Elle s’est glissée dans l’eau chaude et pétillante et s’est allongée comme la princesse qu’elle est.

“Esclave, je veux que tu me rases les jambes et que tu n’oses pas me taillader une fois. Sinon, tu devras passer une autre semaine enfermé, sans aucun soulagement.” “Oui Maîtresse, je ferai très attention, vous pouvez en être sûre.” Alors qu’elle était allongée, profitant de l’attention particulière que je lui accordais, je lui donnais les jambes. Elle caressait un de ses mamelons de temps en temps, juste pour détourner mon attention de ma tâche, dans l’espoir que je puisse la taillader et perdre ma chance d’avoir un orgasme aujourd’hui. Mais heureusement pour moi, je lui caresse les jambes sans une seule entaille. Elle ronronnait alors que je lui enlevais doucement le reste de la crème à raser.

“Esclave, je veux que tu me rases la chatte chauve aussi. Même chose, pas d’entaille, ou 4 semaines seront ajoutées à votre libération. Compris ?” “Oui, engloutissez Maîtresse.” En glissant dans l’eau, elle me tend son monticule. J’ai appliqué la crème très soigneusement, peut-être en prenant un peu trop de temps, car elle m’a aboyé que l’ordre était de se raser, pas de jouer avec. Une fois, elle était chauve comme un bébé et tout aussi lisse, elle m’a dit de prendre une serviette et de la sécher.

“Tu sais, esclave, si tu as de la chance, tu pourras peut-être sentir ma chatte chauve ce soir, ça a l’air bien, non ?” “Oui, bien sûr, Maîtresse, je peux attendre.”

“Mais toi aussi peut-être, on va juste voir comment tu te comportes aujourd’hui et puis ce soir peut-être, juste peut-être, je te laisserai baiser ma chatte. Mais c’est seulement si tu es un très bon esclave aujourd’hui, compris ?”

“Oui, Maîtresse.” Je savais qu’elle appuierait sur chacun de mes boutons. Dans l’espoir de me briser et de me faire foutre en l’air quelque chose, et de perdre ma libération ce soir. C’était sa part de ce jeu que nous jouons. Elle a enfilé une robe sexy et m’a dit de la retrouver dans la salle des familles avec le kit de vernis à ongles. J’ai rassemblé tous les articles nécessaires pour lui faire la pédicure hebdomadaire que je lui donne depuis trois ans. On m’a demandé de suivre un cours du soir de l’école d’esthétique juste pour apprendre la bonne technique pour les faire. Ce fut quatre longs mois d’entraînement à la peinture de ses ongles de pied jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite que je les ai polis à la perfection.

“OK Esclave, aujourd’hui sera rouge sang, je suis d’humeur vampire aujourd’hui, je veux de la viande fraîche ce soir.” J’ai encore avalé, sachant ce qu’elle voulait dire par cette remarque. J’ai commencé à trembler en sachant qu’elle était à la recherche de viande fraîche ce soir, et que je devrais la regarder jouer avec lui jusqu’à ce que j’aie ma chance d’avoir un orgasme. Une fois les ongles des pieds polis, nettoyés, peints de deux couches, et la couche de finition finale. Elle était alors satisfaite du travail que j’avais fait, elle m’a dit : “Esclave, je vais faire une petite sieste, car je peux rester debout toute la nuit à baiser si j’en ai besoin. Alors va vaquer à tes occupations quotidiennes, ne fais pas trop de bruit et réveille-moi”.

“Oui Maîtresse. Deux heures plus tard, trois brassées de linge, et elle lave sa lingerie à la main. En préparant un petit déjeuner léger, elle s’est réveillée et était fraîche comme une marguerite. Nous avons déjeuné ensemble et le temps que je nettoie après, je l’ai entendue m’appeler. Je suis entré dans sa chambre et je l’ai trouvée nue sur les couvertures, les jambes écartées. Je pouvais voir qu’elle avait joué avec elle-même. Les lèvres de sa chatte étaient pulpeuses et humides.

“Esclave, je veux que tu me donnes un orgasme avec tes lèvres. Alors tu sauras ce que tu rates ce soir quand le jeune beau gosse les baisera plus tard.” Je ne pouvais pas protester, je voulais tellement avoir mon propre orgasme plus tard. Et je devais accepter tout ce qu’elle voulait ou demandait si je voulais avoir mon dessert plus tard.

Je ne sais pas pour vous, mais l’odeur de la chatte quand on n’a pas eu d’orgasme depuis plus de trois mois est juste suffisante pour me faire gicler à la ceinture. Mais ce serait tricher, elle et moi du jeu auquel nous jouons. Alors, entre ses cuisses sexy, je me suis mis à canneler, en respirant l’odeur de ma femme. Ça n’a pas pris longtemps et elle disait, oh oui, c’est ça, oui, oui, oh oui, OUI, OUI, OUISSSSSSS !!!!. Alors qu’elle se remettait, je me suis levé et je me tenais à côté d’elle en espérant ; priant que toutes les taquineries qu’elle avait faites aujourd’hui ne soient qu’une partie du jeu. Et elle allait me libérer maintenant. Et nous allions baiser jusqu’à la nuit. Mais je n’ai pas eu cette chance.

“Esclave, prends l’huile spéciale pour ma chatte.” Je me suis approché de sa commode et j’ai choisi l’huile qu’elle voulait. Je savais alors que mon destin était scellé. Cette huile n’était pas pour moi. J’ai versé une petite flaque dans ma paume. Puis, une fois qu’elle a été chauffée, j’ai pris deux doigts et je l’ai étalée sur les lèvres de sa chatte. L’odeur est enivrante. C’est une huile orientale spéciale qu’un homme sent une fois, et il est tout à elle, en plus de rendre sa chatte humide et glissante toute la nuit.

“Assez esclave, maintenant rassemble mon meilleur soutien-gorge, tu sais celui-là, des bas et un porte-jarretelles.” En rassemblant les articles, j’ai choisi des culottes sexy de la même couleur noire. Elle m’a fait accrocher le soutien-gorge sur sa poitrine. Puis j’ai remonté les bas et je les ai attachés aux jarretières. Je lui ai montré la culotte que j’ai choisie, pensant qu’elle serait heureuse que je pense à elle quand elle oublierait de me le dire.

“Non Esclave, je n’aurai pas besoin de culotte ce soir, elle ne fera que me gêner.” Elle s’est levée et s’est dirigée vers le placard. J’étais tout ébahi, me demandant quelle robe elle choisirait. Oh non, pas celle-là. Je lui ai fait une seconde peau, ne laissant rien à l’imagination. Avec le soutien-gorge push-up, on dirait qu’elle va avoir un sein qui va tomber à tout moment. La robe s’arrête juste en dessous de ses crochets, donc à chaque fois qu’elle se met en place, n’importe qui peut voir ses jarretières. Puis elle s’est penchée et a pris des talons aiguilles noirs 4″ et s’est dirigée vers moi.

“Esclave, mets-les pour moi.” Elle tenait les chaussures juste devant mon visage, sachant qu’avec mon fétichisme de la chaussure, je ne pensais pas avec ma tête droite. Alors que je lui prenais ses chaussures et que je pétrissais, tout ce que je pouvais sentir, c’était l’huile spécialement parfumée qui sortait de sa chatte. Elle le savait et en jouait jusqu’au bout. Une fois les chaussures attachées, elle s’est approchée de la table de maquillage et m’a dit de partir d’ici et de me préparer à sortir.

C’est déjà assez grave que j’aie dû la raser, et que sa chatte soit chauve. Ensuite, je l’ai fait peloter et huiler. J’ai dû l’habiller, tout ça pour le plaisir de quelqu’un d’autre. Maintenant, il faudrait que j’aille avec elle et que je regarde le spectacle. Tout cela fait partie de ses plans, me rendre fou et prêt à faire n’importe quoi pour elle, juste pour avoir la chance d’avoir un orgasme. Dès que j’ai été habillé, elle a fini de se maquiller. Elle était magnifique, une femme sexy et sexy qui rôdait.

“Ici Esclave, tu m’aideras avec mon parfum.” Un autre de ses jeux, me faire tamponner le parfum sur tous les endroits sexy. Sachant très bien qu’un autre gars allait avoir le plaisir de le sentir. Elle a pris son petit sac à main, et elle n’a mis qu’un tube de rouge à lèvres et deux préservatifs à l’intérieur. Sachant que je regardais.

“Allons faire l’esclave. Je deviens excité rien qu’en pensant à toute la jeune viande qu’il y a ce soir.” Quand on est arrivé au club, je suis sorti et je lui ai ouvert la porte. Sa robe montrait trop de jambes à ceux qui la regardaient quand elle est sortie de la voiture. Alors que je m’éloignais pour garer la voiture, je la regarde embrasser les deux videurs. J’ai juré que je pouvais voir les joues de son cul comme elle l’a fait. Le temps que je gare la voiture et que je paie mon entrée au club, elle n’avait plus aucune idée de l’usure. Puis je l’ai trouvée. Elle était déjà sur la piste de danse avec un type. Elle n’a pas mis longtemps à en trouver un, et tous les mecs qui étaient là voulaient être avec elle. Ça allait être une longue nuit pour moi. J’ai trouvé une table ouverte, un de ces types de petites tables hautes. Je nous ai commandé un verre et j’ai attendu qu’elle me trouve. J’espérais qu’elle voudrait me trouver. Mais au fond de moi, je savais qu’elle le ferait. C’est beaucoup plus amusant pour elle de me taquiner sous mes yeux. Trois danses plus tard, avec deux types différents, elle est finalement venue à ma table. Alors qu’elle s’asseyait, la robe s’est relevée, donnant à tout le monde un aperçu de ses longues jambes sexy et de ses bas. Elle croise toujours ses jambes si sexy et balance sa jambe. C’est comme un signe qui dit : je suis excitée et j’ai besoin d’être baisée. Bientôt, un autre gars s’est approché et lui a demandé de danser. Avant que je puisse dire quoi que ce soit, elle était partie. Dès que la chanson s’est terminée, je l’ai vu lui donner un baiser sur la piste de danse. Elle n’a pas protesté, en fait elle l’a tiré en arrière pour lui en donner un autre. En retournant à la table, j’ai réalisé à quel point ce type était sexy. Sa chemise était à moitié déboutonnée, surtout par mes femmes. Six abdos, bronzé, et avec une barbichette qu’elle adore. Quelque chose que je n’ai jamais pu faire pousser. Elle m’a dit qu’il s’appelait Rick, et qu’elle le trouvait super sexy.

“Chérie, commande-nous un verre, je vais dans la chambre de la petite fille.” Quand elle est partie, j’ai su que c’était mon signal pour dire à Rick que je voulais qu’il baise ma femme. On a inventé cette petite histoire, que j’ai un dos très mal en point et que je ne peux pas la baiser comme elle doit l’être. Alors de temps en temps, nous sortons et nous trouvons quelqu’un qu’elle a aussi attiré et nous l’invitons à revenir chez nous pour la baiser, tant que je peux regarder. Je ne participerai pas, je me contenterai de regarder.

C’est juste pour me torturer que je regarde un autre homme baiser ma femme devant moi. Il ne sait pas qu’il pense juste qu’il va baiser ma femme devant moi et c’est tout.

Alors quand ma femme est revenue des toilettes, elle m’a regardé droit dans les yeux et m’a demandé si nous avions un gagnant ou non. Jamais nous n’avons eu un homme qui a refusé l’offre de baiser ma femme. Je le ferais si j’étais à sa place. Tout ce que j’ai pu dire, c’est “Oui, ma chère”.

Donc après avoir bu plus de verres et dansé plus tard, je suis rentré seul à la maison dans notre voiture, avec ma femme dans celle de Rick. Elle m’a dit qu’elle ne voulait pas qu’il se perde. Mais je sais qu’elle joue avec sa bite jusqu’à notre maison. Une fois que nous sommes rentrés, je dois leur offrir à boire. Le temps que je prépare la boisson, ils étaient déjà sur le canapé en train de s’embrasser. Ses mains étaient à l’intérieur de son soutien-gorge et lui servaient de ventouses sous sa robe. Après que j’ai servi les boissons, ma femme m’a dit d’aller préparer la chambre.

C’est ma file d’attente pour aller dans la chambre et m’attacher sur la chaise dans le coin de la pièce. Je m’excuse, puis je monte dans la chambre et je me déshabille jusqu’à ma ceinture de chasteté. Puis je m’installe sur la solide chaise en bois dans le coin de la pièce. Il y a des poignets et des menottes de sécurité pour mes deux chevilles et mes deux poignets. J’ai verrouillé les menottes autour de mes chevilles et d’un bras, puis j’ai attendu que ma femme et son nouvel ami viennent se coucher. J’ai été là à les attendre bien trop longtemps. Je m’efforçais d’entendre des voix. Finalement, j’entends ma femme glousser lorsque la porte s’ouvre et je le vois la porter dans la chambre. Il la dépose sur le lit, et il me remarque dans le fauteuil. Elle lui dit ensuite que c’est tout à fait correct et qu’elle veillera à ce que je n’intervienne pas. Ma femme laisse Rick avec un baiser et s’approche de moi, en me passant la dernière manchette autour du poignet libre. Elle a attrapé notre collier en acier. Cette action me coupe toujours le souffle. Vous voyez, ce n’est que si mon col est verrouillé qu’il y a une chance que la ceinture soit déverrouillée. Soit le col est verrouillé, soit la ceinture est verrouillée, de cette façon, elle est sûre de pouvoir remettre la ceinture sans trop se plaindre. Une fois, je refusais de remettre la ceinture, alors elle m’a dit de porter le collier au travail le lundi. Merde. J’ai remis la ceinture.

Alors qu’elle verrouillait le collier autour de mon cou, j’ai entendu ce clic familier, qui me rappelle à chaque fois qu’elle a le contrôle. Puis elle verrouille le collier sur le haut de la chaise, donc je n’ai pas d’autre choix que de la regarder avec lui. Un baiser sur mes lèvres, je jure que je pouvais le sentir.

Elle revient lentement vers Rick, se pavanant comme un mannequin. Elle tirait sur sa robe de cette façon et de celle-là, lui faisant montrer plus de peau à chaque mouvement.

“Tu vois, je t’avais dit qu’il ne se mettrait pas en travers de nos ébats amoureux.” Puis la partie de ce jeu qui me rend folle. Elle commence ce strip-tease sexy qu’elle ne faisait que pour moi, il y a tellement longtemps, en m’enfermant dans sa toile. Une fois qu’elle est en soutien-gorge, en bas et en talons, elle tourne toute son attention vers lui. Elle lui enlève son tee-shirt, embrassant chaque centimètre de peau nouvellement exposée. Ensuite, son pantalon, et enfin les sous-vêtements. Oh, sa bite sort comme un cric dans la boîte. Elle laisse échapper un petit cri de joie. Ça doit être 8″ et aussi épais que son poignet. Ma femme se met à genoux et s’empare des morceaux de viande qu’elle a conquis. Elle me regarde d’abord, se lèche les lèvres, puis se retourne vers l’énorme bite de Rick. D’un seul geste, je la vois enfouir son nez dans ses poils pubiens. Ses joues gonflent à l’intrusion massive. La tête de Rick recule, il n’arrive pas à croire qu’elle l’ait trouvé. Sa bite sort de sa bouche avec un grand bruit. Ma femme me regarde avec un sourire de chat de Chester. Je suis si dur dans ma prison d’acier que j’ai peur qu’elle se brise, mon pénis en l’occurrence. Je recommence à sucer la bite de Rick et je m’arrête seulement pour prendre une balle dans sa bouche, puis l’autre. Rick a la main à l’arrière de ses cheveux roux, empêtrée entre ses doigts, et il tire sa tête plus loin sur son manche à chaque coup. Bientôt, Rick a dépassé le point de non-retour et dit à ma femme qu’il va jouir. Elle recule en tenant sa tête de bite à l’ouverture de sa bouche et alimente le reste de la tige jusqu’à ce qu’il lui fasse gicler son sperme chaud dans sa bouche.

Ce n’est que lorsqu’elle est sûre qu’il a fini de jouir qu’elle éloigne sa bouche de sa bite. Ma femme se lève et s’avance vers moi, m’embrasse et transfère tout le sperme de Rick dans ma bouche. Elle continue à m’embrasser jusqu’à ce que j’avale. Puis elle fait tourbillonner sa langue dans ma bouche, juste pour s’assurer que j’ai bien goûté tout son sperme.

Après avoir vu ma femme me donner son sperme, tout en remuant son cul sexy sur Rick, il recommence à bander. Ma femme me dit : “Prête pour le deuxième round”. Elle recommence à sucer la bite de Rick, jusqu’à ce qu’il soit à nouveau dur. Elle monte sur le lit et chevauche sa bite. Elle la fait glisser lentement en elle jusqu’à ce qu’elle touche le fond. Un petit gémissement sort de sa gorge. Je sais que je ne l’ai jamais pénétrée aussi profondément. Bientôt, ils ont un rythme parfait et elle rebondit du bout à la base de sa bite en l’enterrant jusqu’à ses couilles, profondément à l’intérieur d’elle. Je vois que ses fesses serrées frémissent à chaque poussée et que ses seins rebondissent de manière très sexy. Rick a levé la main et lui donne la poitrine en pinçant les mamelons. Elle jette sa tête d’un côté à l’autre et martèle sa poitrine avec ses deux mains. Puis le, oh oui, c’est ça, juste là, oui, oui, Yessss, YEESSSSSSSS !!! Je vois ma femme jouir en montant sur la bite d’un autre homme. Je le regarde se cramponner et pomper son sperme au plus profond d’elle. Elle pose sa tête sur sa poitrine mais laisse sa bite dans son tunnel amoureux.

Après ce qui semble être une éternité, elle se lève et tire lentement sur la bite de Rick. Elle l’embrasse et lui dit à quel point il est bon pour la baise. Puis elle lui demande s’il a un autre chargement pour elle. Elle lui dit qu’elle n’a pas été baisée comme ça depuis des années et que son cul ne fait que crier pour attirer l’attention.

Il n’y a pas un gars qui va refuser de baiser une fille, surtout le cul de mes belles femmes. Des chansons ont été écrites sur son “cul en forme de coeur”. Je peux voir la bite de Rick devenir dure rien qu’en l’entendant lui offrir. Elle s’est penchée sur la table de nuit et a sorti le lubrifiant, en a fait gicler sur sa bite et a commencé à le caresser. Dès que c’est à nouveau dur, elle se met du lubrifiant sur la paume de la main et l’enduit sur son anis. Elle se retourne sur le lit pour me regarder droit dans les yeux et grimpe sur les quatre.

“Rick, baise mon cul pour que je te sente dans la semaine prochaine.” Rick saute derrière elle et guide sa bite dans son cul. Il essaie d’être le gentleman, se glissant lentement en elle. Elle n’a rien de tout ça. En me regardant dans les yeux, elle le repousse en lui enfonçant ses couilles au fond de son cul.

“Donne-moi tout ce que t’as, cow-boy. Cette pouliche a besoin d’être brisée.” Ma femme dit ça à Rick en me regardant tout le temps. Mon Dieu, ma bite est prête à éclater. Je peux sentir Rick lui pomper le derrière de mon emprisonnement. Ma femme se mord la lèvre inférieure et rebondit pour répondre à chaque poussée. Rick commence à donner la fessée à ma femme et c’est tout ce dont elle a besoin pour passer au dessus. Elle commence à serrer la bite de Rick avec les muscles de son cul. C’est trop pour un homme et Rick commence à tirer son troisième coup dans le cul de ma femme. Pendant tout ce temps, elle me regardait en sachant qu’elle me rendait fou. Dès que Rick a fini de jouir, il se ramollit et glisse hors de ma femme. Elle se tourne vers lui et lui dit à quel point il était génial. Néanmoins, elle en a fini avec lui et il est temps pour lui de partir, tout de suite.

“Quelle salope, dit Rick.” Il n’arrive pas à croire qu’elle soit aussi froide. Il s’habille et sort en quelques minutes, sans même un baiser de bonne nuit.

Ma femme s’approche de moi et me dit que j’ai bien fait. Détachant les menottes de mes poignets et de mes chevilles, elle me dit de préparer le lit. Je sors les tiges d’acier de sous le lit et les attache à la tête de lit. Je pose ma tête dans le support et j’attends. Ma femme verrouille un poignet, puis fait le tour du lit et verrouille l’autre. Enfin, le collier est verrouillé. Elle me caresse la tête en me disant que j’ai bien réussi, et que je suis très près d’atteindre l’orgasme. Elle retire la capuche de la commode et la serre sur mes yeux et mon nez. Laissant ma bouche exposée. Elle me quitte et sort de la pièce. Je ne sais jamais si elle va revenir ce soir ou me laisser à mes pensées jusqu’au matin. Je n’ai pas le choix en la matière. Bientôt, je la sens posée sur le lit. Je la sens jouer avec la ceinture de chasteté. Est-ce que ce soir est la nuit, ou juste une autre de ses méchantes nuits de taquinerie ? La ceinture se détache et un gant de toilette chaud frotte “sa bite” que je dois retenir par tous les moyens. Je ne veux pas que cela s’arrête de sitôt. Alors qu’elle a fini de me nettoyer, je la sens monter dans le lit. Bientôt, je sens qu’elle se pose sur mes lèvres, je peux sentir leur jus combiné pendant qu’elle se recule, me dit de lécher. Je n’ai pas le choix, alors je lèche et je le fais jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite que j’ai nettoyé tout son sperme de sa chatte.

Elle se lève et me dit d’ouvrir grand. Je sais qu’elle va faire boule de neige en me faisant avaler le sperme de Rick par son cul. Elle commence lentement à me caresser en me disant combien elle m’aime. Que je dois accepter ses offrandes, sinon je n’aurai pas mes orgasmes. Je lâche et la première boule de neige frappe l’arrière de ma langue. J’avale et je m’ouvre à nouveau en grand. Je ne vois rien à cause du capuchon, mais je peux presque voir la flaque de sperme qui s’écoule de son cul, ma bite est aussi dure que jamais. J’aimerais pouvoir la toucher, ou même la voir. Je n’ai pas eu le plaisir de le faire depuis trois longues années. Plop, plus de sperme tombe dans ma bouche, elle ramène son cul jusqu’à mes lèvres. Je sais que je dois aspirer le reste et lui enfoncer ma langue aussi loin que possible.

Pendant que je baigne sa langue dans son cul, elle enroule un lacet de cuir autour de mon pénis et de mes couilles, le resserre jusqu’à ce que je gémisse à l’intérieur de son cul. Quelques boucles de plus et elle fait en sorte que les deux boules se resserrent l’une sur l’autre et mon pénis devient violet à cause de la tension.

“Eh bien, esclave. Tu as mérité ta libération. J’ai décidé que je veux plus de bite dans mon cul, alors c’est ta nuit de chance.” Elle s’est retournée sur le lit et se tient au-dessus de mon pénis, dont la tête touche juste son bourgeon.

“À qui appartiens-tu aussi, esclave ? À qui appartient ton pénis et son plaisir ?”

“Toi, Maîtresse, seulement toi !!!”

“C’est vrai, ton pénis est ma bite, et seulement la mienne. Maintenant, profite de ce plaisir de mon cul. Et si j’étais toi, je me retiendrais aussi longtemps que tu le peux. La prochaine fois que tu jouiras, ce ne sera peut-être pas aussi facile que celle-là.” Lentement, elle s’abaisse sur mon pénis. Avec le cordon de cuir qui se coupe dans la chair, c’est un plaisir et une douleur en même temps. Bientôt je sens ses joues de cul toucher mes couilles, ahh la chaleur. Puis elle continue à descendre, en exerçant une pression qui n’est pas très agréable sur les couilles attachées. Puis elle se relève tout aussi lentement et quand elle est en haut, elle s’arrête.

“Rappelle-toi esclave, tu ne jouis que quand je te le dis aussi. Ou tu me devras tes couilles.” Avec ça, elle descend vers mes couilles, les écrasant à nouveau. Le tour commence. A chaque descente, elle écrase mes couilles attachées avec plus de pression. La douleur est presque plus forte que ce que je peux supporter. Elle le veut ainsi, et mon plaisir vient toujours avec la douleur. Elle dit que je m’en souviens mieux comme ça. De haut en bas, elle continue à rebondir, en aplatissant mes couilles à chaque fois. Je suis en train de mourir, je veux jouir, je veux qu’elle arrête. Mais j’ai besoin de jouir !

“OK Esclave, dis-moi encore une fois combien tu aimes que je te fasse ça et dès que tu m’auras convaincu, je te laisserai jouir.”

“Oui Maîtresse, j’aime être ton esclave personnelle, à ta disposition. Je ferai tout ce que tu me demanderas ou me diras aussi, mais laisse-moi jouir maintenant !”

“Tu es sûr que tu ne voudrais pas t’arrêter maintenant et attendre la prochaine fois pour jouir. Tu sais, garder ton sperme pour moi me rend très heureux.”

“Pas de Maîtresse, s’il vous plaît Maîtresse, maintenant Maîtresse. J’ai l’impression que je vais éclater.”

“Ok Esclave, laisse-moi y réfléchir encore une minute ou deux.” Je meurs avec elle qui rebondit sur mon pénis, mes couilles s’aplatissant à chaque coup.

“Maintenant, Esclave, éjacule, remplis mon cul de ton sperme.” Je n’attends pas qu’elle change d’avis et qu’elle tire sur ce qui ressemble à un litre de sperme au fond d’elle. Elle pousse vers le bas avec tout son poids sur mes couilles. Je peux les sentir pomper le sperme en elle. Dès que j’ai fini de jouir, elle s’arrête et se retourne sur le lit, me frappe sur la bouche et me dit de me rouvrir. J’ai failli me noyer avec le premier paquet de sperme qui a coulé dans ma bouche. Dès que j’en salive un, puis un autre et un autre. Puis elle se pose sur ma bouche et prend la serviette chaude et nettoie à nouveau mon pénis. J’ai l’impression d’être au paradis. Elle me dit que j’ai fait un si bon travail aujourd’hui, que j’ai jusqu’à demain matin avant que la ceinture ne soit à nouveau verrouillée.

“Bonne nuit et beaux rêves.” Elle me laisse enfermé dans le lit avec la capuche et l’odeur et le goût du sperme dans la langue et le nez. Elle se rend au lit d’invité pour dormir le reste de la nuit et je reste allongé en me demandant ce que je vais bien pouvoir faire pour mériter mon prochain orgasme.

histoire porno bdsm