“Viens ici, salope,”
`
L’ordre est net et précis. La jeune fille coupe l’eau dans la cuisine et se met immédiatement à côté d’elle. Bien qu’ils ne soient généralement pas aussi formels à la maison, la jeune fille peut entendre dans son ton qu’il serait approprié de s’agenouiller. Elle se met gracieusement à genoux et lève les yeux vers sa Dame, attendant d’entendre ce qu’on va lui dire.

Sa Dame sourit au geste ; son esclave, qui écoute attentivement pour lire ses besoins. Qui cherche à lui plaire et à lui donner ce qu’elle veut, même dans le plus petit des gestes. Elle aura l’occasion de le faire plus tard. Sa Dame s’est préparée une sacrée soirée de divertissement. Une journée, en fait. Elle se sourit à elle-même.

“La vie est belle”, pense-t-elle en se penchant sur sa chaise de bureau et en écoutant un instant les oiseaux. Elle regarde la jeune fille et lève un sourcil, simplement pour la voir rougir et se tortiller. Instantanément, la rougeur monte dans ses joues et ses épaules se recourbent. Instantanément, elle est grande ouverte et mesure un pouce de haut. La jeune fille rit nerveusement. Elle ne peut pas s’en empêcher. Sa Dame connaît très bien la signification de ce rire. Elle se sent toute petite. Minuscule. Déchirée. Exposée. Délicieux, pense sa Dame. Sa douceur. Sa vulnérabilité. Le léger scintillement sur sa peau d’olive.

“Vous avez fini de faire la vaisselle ?”, demande la dame.

“Oui, madame.”

“Bien, montez vous baigner. Rase-toi. Frottez-vous, à l’intérieur et à l’extérieur. Je te veux immaculé. Compris ?”

“Oui, madame”, répond la jeune fille qui se lève aussitôt pour faire ses besoins dès que la dame lui fait un signe de tête presque imperceptible. Mais, la jeune fille le voit et comprend. Elle monte les escaliers, s’efforçant de ne pas faire de bruit, et entre dans la salle de bains où elle se baigne et se rase soigneusement jusqu’à ce qu’elle soit aussi douce partout que la peau d’un bébé. Parce que c’est sa volonté. Parce qu’elle préfère sa propriété, propre, nue, exposée à elle et agréable au toucher. Lorsqu’elle a terminé, elle sort de la baignoire et se dirige vers le tapis de bain. Elle enroule une serviette autour de son corps et une autre autour de ses cheveux pour éviter qu’elle ne dégouline sur le tapis. Elle se brosse les dents et s’assure que ses sourcils sont bien soignés. Elle se regarde dans le miroir et est satisfaite du résultat. Sa peau a le même éclat qu’après le gommage et elle est douce au toucher. Elle sent la vanille de cassis, l’un des parfums préférés de sa femme. Elle applique une lotion du même parfum pour s’assurer que l’odeur persiste, en prenant soin de la frotter partout pour que sa peau reste douce comme du lait pour le plaisir de sa dame. Comme toujours, elle souhaite faire appel à tous les sens de sa Dame. Et c’est avec ce désir de plaisir de la Dame à l’esprit qu’elle complète le rituel de toilettage. Elle suspend sa serviette pour la faire sécher, nettoie la porcelaine grise de la baignoire de sa dame et retourne dans la chambre pour s’habiller.

À sa grande surprise, sa dame l’attend et elle a disposé les vêtements de son esclave sur le lit. C’est inhabituel. En général, la Dame ne choisit les vêtements de son esclave que lorsqu’elle a envie de jouer à se déguiser ou lorsqu’elle souhaite qu’il soit habillé d’une certaine façon lorsqu’il sort jouer. Cependant, selon sa Dame, ils vont faire des courses. Elle a besoin d’une nouvelle robe rouge et de chaussures pour la soirée. Son esclave est ravie qu’ils fassent des courses pour elle. Elle se fait si rarement plaisir et elle le mérite. Elle pense toujours aux autres avant elle.

La Dame sourit à son esclave et arbore un sourcil. La jeune fille se tortille, une fois de plus. Elle est certaine que les yeux de la Dame peuvent voir dans son cœur et son esprit. Sous la main de la Dame, elle a grandi par l’envie de se couvrir et la nécessité pour le tapis d’avaler son tout. Elle doit encore lutter contre l’envie de bouger, d’autant plus qu’elle sait que sa Dame préfère qu’elle reste immobile.

Elle n’est pas là une minute avant qu’on lui prenne les cheveux et qu’on la mette à genoux. Sa Dame marche rapidement, et elle doit ramper rapidement pour la suivre. Bien que la jeune fille ne puisse pas voir, la Dame sourit, amusée par la façon dont ses hanches se tortillent lorsqu’elle se déplace, comme un animal de compagnie, pour suivre le rythme. Elle descend les escaliers et se rend à la cave, où le canapé est recouvert de draps de civière et où la table est clairement préparée, avec ce que la jeune fille ne voit pas. Sa dame tapote le canapé et la jeune fille obéit à l’ordre sans paroles. Elle grimpe et se perche sur ses talons. Ses yeux s’adaptent à l’obscurité ; les lambris blancs des murs se mettent en évidence, et ses narines se remplissent de l’odeur familière d’Elle, de cet espace.

Elle tapote une tache sur le sol et la jeune fille s’agenouille.

“Couche-toi, caresse”, ordonne-t-elle, et, instantanément, on lui obéit. La jeune fille s’allonge et ne résiste pas lorsque sa Dame écarte les jambes.

“Es-tu prête ?” demande-t-elle.

“Oui, madame.”

Prête pour quoi ? La jeune fille ne le sait pas, mais cela n’a pas d’importance. Elle est prête maintenant. Elle est toujours prête. Si cela plaît à sa Dame, il n’y a rien qu’elle ne ferait pas. Il ne lui vient même pas à l’esprit de penser que ces mots préfigurent souvent une douleur immense. Et aujourd’hui, il n’en sera pas autrement. Pourtant, la douleur semble sans importance par rapport au plaisir de la Dame.

Elle est surprise de sentir le froid entre ses jambes. Elle précède le bref moment d’insertion douloureuse et de plénitude.

“Aucun lubrifiant n’était nécessaire, je savais que ma sale petite pute le prendrait pour moi de toute façon,”

“Oui madame”, répond-elle. Prendre quoi ? Il est clair que quelque chose a été inséré, mais la fille n’a aucune idée de quoi. Tout d’un coup, elle saute en ressentant une vibration intense. Elle est prise par surprise car elle stimule CETTE tache. Elle gémit alors que la vibration devient de plus en plus forte, se dirigeant vers la libération…

“Si cela vous plaît, Madame, que votre…” mais lorsqu’elle commence à supplier, les sensations s’arrêtent et la jeune fille doit respirer à travers la pression et la plénitude d’une douleur non libérée. Tout s’est passé si vite. Dispositif inséré. Sensation appliquée. Sensation enlevée. Elle ne peut même pas penser au comment et au pourquoi. Qu’est-ce qu’elle a inséré ? Comment l’a-t-elle contrôlée ? Que va-t-elle faire ?

Alors que sa Dame découvre les fournitures sur la table, la question se répond d’elle-même. Les fournitures médicales et une suture 3.0 ont été disposées comme des instruments chirurgicaux. Et l’esprit de la jeune fille s’arrête sur une menace que sa Dame avait déjà faite.

“Je vais te mettre quelque chose en toi, te coudre et te faire sortir comme ça.”

Comme pour tant de choses, la menace est sur le point de devenir réalité. La jeune fille gémit un peu en pensant à la douleur qu’elle ressentira lorsqu’elle sera cousue. Elle trouve que toute douleur infligée à ses parties délicates est intense. Les sutures seront… elle frissonne, mais lâche instantanément la peur. C’est sa douleur, après tout, sa volonté, et donc de ne pas être combattue. Elle ferme les yeux et se dit que la douleur et la peur ne veulent rien dire, tout ce qui compte, c’est le plaisir de sa Dame. Elle abandonne toutes ses pensées, sauf celle-ci. Elle ferme les yeux et s’immerge en Elle. Dans son plaisir. Dans son parfum, qui rappelle à la jeune fille qu’elle est chez elle. Dans le scintillement de ses yeux alors que son besoin sadique est nourri. Dans la façon dont elle fredonne en cousant et le sang commence à couler.

“N’oublie pas de respirer, jeune fille, tu sais que ça va faire mal.” C’est ainsi qu’elle commence, et le monde de la jeune fille se réduit à une douleur lancinante lorsque la suture est insérée et lentement tirée à travers la chair de ses lèvres. La jeune fille se calme et concentre son esprit loin de l’intensité de la douleur et vers son plaisir. Elle se détend. Acceptez-le. C’est son désir et sa volonté. La douleur est si intense. Et elle coud lentement. Avec détermination. Les larmes tombent et se forment, mais la fille ne résiste pas. Elle s’ouvre à la douleur, la laisse couler à travers elle. Elle est à elle. Sa propriété. Son jouet. Pour son plaisir et pour combler ses besoins. Pour l’instant, son seul but est d’être cousue pour le plaisir de sa Dame. Souffrir à sa main. Souffrir, elle le fait, et elle est amusée. En effet, elle fredonne doucement pendant qu’elle coud, souriant alors que l’aiguille s’émousse et que le dard s’aiguise. Alors que les larmes de la jeune fille coulent plus fort. Quand elle voit sa petite fleur fermer ses pétales, cachant le petit bijou qu’elle a placé à l’intérieur. Alors que sa joie devient tangible. Oh le plaisir qu’elle aura aujourd’hui.

“Ok chaton, tout est prêt. Monte et habille-toi. Tes vêtements sont sur le lit.”

“Oui, madame”, répond-elle. Sa voix est un murmure guttural. Sa Dame sourit pour entendre la douleur qu’elle a infligée se manifester dans son corps. La chatte de la jeune fille est palpitante. La piqûre de l’aiguille a été remplacée par la douleur sourde et l’étirement des sutures qui tirent. Bientôt, elle ressentira une piqûre plus aiguë, car son propre corps la trahit, et les points de suture se remplissent de l’acidité de sa propre humidité. Cela lui rappelle qu’elle, son corps, tout ce qu’elle est, tout ce qu’elle a est à elle. Sa propriété. Un jouet qui lui permet de s’amuser davantage.

“Dépêche-toi, je t’attends à mon bureau.”

Rapidement, tranquillement, la fille monte les escaliers. Les points de suture tirent, un subtil rappel de sa place. Elle ne peut s’empêcher de pousser un doux gémissement alors qu’elle enfonce d’abord sa jambe droite, puis sa jambe gauche, dans la culotte volantée que sa dame a mise en place. Juste assez raide pour irriter les parties tendres qui ont été si bien utilisées. Le choix vestimentaire de sa dame est tout aussi délibéré. Une jupe-crayon contraignante la gêne encore plus, afin qu’elle ne puisse pas écarter les jambes trop loin. La douleur ne sera pas soulagée. Elle souffrira parce que c’est la volonté de sa Dame. Aussi longtemps qu’elle choisira de le faire. Chaque pas, chaque mouvement de ses genoux, chaque agitation, chaque petit mouvement servira à donner du plaisir à la Dame, car les points de suture tireront et sa chatte palpitera. Ce n’est pas si différent de la vie de tous les jours, où chaque geste, chaque pensée, chaque mouvement qu’elle fait est exécuté en pensant au plaisir de la Dame. Simplement extériorisé. Et facilité par les fantasmes de sa Dame qui prennent vie.

Elle finit de s’habiller, se coiffe proprement et se maquille rapidement comme elle le souhaite pour bien représenter sa Dame. Elle est la beauté incarnée dans sa robe et ses talons, et son esclave veut s’assurer qu’elle lui rend justice. Cependant, son désir de bien représenter la propriété de sa dame est équilibré par le besoin de convenance. Sa Dame est prête et la jeune fille sait qu’elle n’aime pas qu’on la fasse attendre. Et il reste à préparer ses affaires et à s’assurer que sa Dame aura tout ce dont elle a besoin. Elle descend les escaliers et halète en sentant la forte vibration entre ses jambes. Ses sens sont inondés de douleur ? de plaisir ? Les deux ? Tout ce qu’elle sait, c’est que c’est intense.

Les points de suture palpitent. Son bouton de plaisir est enfoncé encore et encore, grâce à l’emplacement stratégique de l’appareil de sa dame. La combinaison est intense, et les sensations ne sont pas soulagées, sauf par la pitié de sa Dame. Elle commence à gémir et à haleter, avec plaisir, avec douleur, avec le sentiment de ce que c’est d’être à elle. Sa sale petite pute, si proche de jouir pour elle, même avec sa chatte cousue. Cette pensée prend le pas sur le plaisir et la douleur. Elle est à elle. Son esclave. Son jouet. Sa propriété. La réalisation la met une fois de plus au bord du gouffre.

“Si cela vous plaît Mi’Lady….”

Et une fois de plus, elle est arrêtée. La douleur inonde ses sens, tout comme les deux savaient que cela arriverait. La vibration et son humidité sont une puissante combinaison. Sa tête tourne, ses yeux scintillent de larmes.

“Chut, ma fille, il n’y aura rien de tout cela aujourd’hui. J’attends de mon esclave qu’elle se conduise comme une vraie jeune fille, quelles que soient les circonstances. Nous ferons nos courses dans de beaux magasins, nous déjeunerons peut-être ou prendrons le thé. Tu ne me mettras pas dans l’embarras aujourd’hui et tu ne révéleras à personne que je te fais des choses vilaines. De plus, vous ne jouirez pas sans ma permission. Et bien sûr, je m’attends à être servie d’une manière qui convient à une dame, indépendamment de ce qui pourrait se passer entre vos petites jambes de salope. Compris ?

“Y…y…es Madame,”

Sa Dame sourit pour entendre l’inquiétude dans sa voix. Son esclave est une petite chose sensible. C’est l’une des raisons pour lesquelles la tourmenter lui apporte tant de plaisir. Elle sera capable de se concentrer et de contenir ses réactions. La Dame en est certaine. Mais il lui faudra toute sa volonté pour y parvenir.

La deuxième partie de son commandement : “Tu ne jouiras pas sans permission”, a-t-elle ajouté pour s’assurer que la jeune fille échouera. Elle sait que lorsque la jeune fille se trouve dans cet espace de tête de la reddition, elle n’a aucun contrôle sur ce que fait son corps. Peut-être que si sa Dame lui disait “arrête”, ce serait une autre affaire. Tout comme elle peut faire jouir la jeune fille sur commande si elle le souhaite. Mais elle ne le fera pas. Elle aime la pousser à l’échec. Elle pousse ce bouton et le besoin qu’elle a de donner à sa Dame la perfection. Pour lui rappeler constamment qu’elle échouera. De la mettre en désordre. Échouer. Décevoir. C’est l’une de ses plus grandes craintes dans le cadre de son service. Et l’une des plus grandes sources de plaisir sadique de sa Dame.

Comme pour rappeler à la jeune fille à quel point sa tâche sera difficile, elle secoue la télécommande, soigneusement dissimulée dans sa main droite, et l’appareil bourdonne de vie. Les yeux de la jeune fille s’ouvrent largement, mais elle se mord la lèvre pour ne pas pleurer. Son rythme cardiaque augmente, sa respiration, bien que calme, devient superficielle et rapide. Délicieuse, la jeune fille réfléchit en regardant son esclave ramasser soigneusement ses affaires, en essayant de se concentrer uniquement sur son service et sur la recherche des choses dont la jeune fille aura besoin pour la journée. Elle sourit, ce sourire sadique de félin, en regardant son pauvre petit esclave se transformer en douleur, en plaisir et en courbatures. Elle s’agenouille et présente à sa Dame son sac à main et ses lunettes de soleil nettoyées. Les mains vidées et la tâche accomplie, il ne reste plus qu’à ressentir l’intensité des sensations. Le plaisir et la douleur sont tout aussi intenses et tout aussi dangereux selon les ordres de sa Dame. Elle veut que son esprit se concentre uniquement sur les besoins de sa Dame. Ses lèvres frémissent. Ses épaules tremblent.

“Lève-toi, ma fille.”

L’ordre est donné et la jeune fille suit la Dame jusqu’à la voiture. La sensation n’arrête pas son assaut sur sa pauvre chatte jusqu’à ce qu’elle ait ouvert et fermé la porte et que sa Dame se trouve sur le siège du conducteur.

Elle ne dit rien alors que la jeune fille monte prudemment dans la voiture, en essayant de ne pas grimacer car elle est obligée de faire un grand pas et de s’asseoir.

“C’est parti”, dit-elle d’un ton plus simple et, avec un sourire plein de joie sadique, elle se retire de la voiture.
l’allée et la route.

Ils arrivent bientôt à la boutique du centre-ville, petite mais élégante, située dans une vieille maison de style victorien. Des mers de violets et de bleus encadrent l’entrée et les arbres bruissent lentement dans la brise du milieu de la matinée. Un accueil digne d’une reine, pense la jeune fille lorsqu’elle entre dans la boutique. Elle ne peut s’empêcher de rougir en buvant tout ce qu’il y a à l’intérieur. Les sols en marbre, la musique douce, l’abondance de roses sterling. Les coffrets remplis d’accessoires de bijoux, polis à la perfection sans traces. La chaise royale, placée stratégiquement au centre du magasin, attire immédiatement le regard. Ses bords dorés et son brocart de soie fine narguent la jeune fille, hyperconsciente de sa chatte pleine et douloureuse, de sa station, de sa place. Un petit rien, une simple propriété, qui n’est pas différente de la haute couture que sa dame fréquente actuellement. Comme elle se sent petite, en contraste avec son environnement. Comme la fille cendrée au bal du prince, hyperconsciente de ses pieds calleux et de ses mains de vaisselle, inquiète que quelqu’un puisse apercevoir un grain de poussière sous ses ongles ou un soupçon d’accent campagnard.

Sa Dame se promène devant chaque étalage, contre le mur. Et la jeune fille regarde en isolant chaque pièce, en inspectant chaque couture, chaque perlage, la qualité du tissu. La jeune fille ne dit rien alors qu’elle se traîne derrière elle et légèrement à sa droite, regardant si et quand sa dame lui rendra son sac à main ou un objet qu’elle pourra tenir. Son serviteur, sa servante, son esclave. Elle est là pour s’occuper d’elle. Pour lui procurer du plaisir par le simple fait de son existence. Pour souffrir en silence. De temps en temps, elle ressent un choc rapide entre ses jambes, qui inonde ses sens de douleur, lui rappelant qu’elle a été farcie et cousue, comme une dinde de remerciement pour le plaisir et l’amusement de sa Dame. Mais aucun des deux ne fait mention de son état. La Dame marche, la jeune fille assiste, donnant son avis quand on le lui demande, observant avec l’œil attentif d’un comptable du XXe siècle.

“Puis-je vous suggérer quelque chose qui serait joli avec votre coloration,”

La voix de la vendeuse effraie la jeune fille. Et un deuxième sursaut suit bientôt. Les yeux de la jeune fille s’élargissent alors qu’elle sent la vibration reprendre de plus belle. Elle se mord la lèvre pour se taire et se tient immobile, prête de tout son être à ignorer la douleur qui a inondé ses sens et l’humidité qu’elle sent s’accumuler. Elle se concentre sur les plaisanteries que sa dame échange avec la femme, de peur qu’on lui demande de contribuer à la conversation. Elle frissonne légèrement en pensant à la menace occasionnelle de sa dame. Elle se tient là, écoutant attentivement, admirant la dentelle cousue et teinte à la main et les détails complexes de la superposition. Elle ne se soucie pas de la mortification de la jeune fille ou de son extrême inconfort. Elle est l’image même de la sérénité et de l’équilibre. Pendant un instant, la jeune fille est frappée par la peur que sa dame ait oublié que son point G et sa chatte bien utilisée sont attaqués par des vibrations au plus haut niveau. De petites perles de sueur se forment à la racine de ses cheveux et au-dessus de sa lèvre. Sa poitrine s’alourdit. Pourtant, elle maintient elle aussi
maintient son calme et son équilibre, comme sa Dame l’a demandé et comme elle l’attend. Elle ne fait pas de bruit. Elle ne bouge pas. Si elle était plus discrète, un observateur attentif pourrait remarquer ses yeux douloureux, les petites perles de sueur qui se sont formées à la racine de ses cheveux ou la superficialité de son souffle. Mais la jeune fille fait attention à ne pas attirer l’attention sur elle et, par conséquent, les acheteurs et les vendeurs passent devant elle sans la regarder. Elle est l’ombre de la substance. Elle est beaucoup moins intéressante à regarder que les rangées pleines de parures en cramoisi, marine et noir.
Sa dame jette un regard en arrière sur son esclave et sourit à ce qu’elle voit. Son esclave, lui obéissant à la lettre de la loi. Elle se donne beaucoup de mal pour masquer sa détresse. Elle reste immobile et, bien qu’elle ne soit pas dans la même position que s’ils étaient dans la communauté, sa Dame peut voir qu’elle est au garde-à-vous et qu’elle se concentre sur elle. Elle ne gémit pas et ne se plaint pas. Elle n’a pas ajusté sa démarche pour soulager le feu entre ses jambes. Mais sa Dame connaît chaque atome. Pour elle, elle est transparente comme le verre. Elle peut voir à quel point la jeune fille travaille dur dans le regard de concentration intense qui lui est tombé sur le visage. Elle peut lire sa mortification dans la rougeur de ses joues et voir à quel point elle est préoccupée par la capacité de son corps à se conformer à l’ordre de la Dame pour éviter d’être libérée. Elle peut lire les questions lorsqu’elles lui viennent à l’esprit. “Est-ce qu’ils savent ? Peuvent-ils sentir ? Peuvent-ils dire ? Ai-je été une assez bonne fille pour les cacher comme elle s’y attend ?”
Elle a stratégiquement fait en sorte que le point G de la fille reçoive un flux constant de sensations. Juste assez fort pour la remplir de douleur sans la libérer. Mais assez intense pour que les points de suture de ses lèvres se tordent et se tirent. Pour qu’elle ressente la piqûre de l’irritation pendant que le fil absorbe son humidité. Elle sourit, mais ne soulage pas la détresse de la jeune fille qui suit la vendeuse dans une loge avec un rideau de velours. Sa préposée lui souhaite bonne chance, suspend les vêtements à un endroit commode et laisse la dame et la jeune fille en paix. Elles sont seules.
“Pauvre petite chose pitoyable”, dit la dame en souriant et en augmentant l’intensité. Ses taquineries sont à peine audibles, mais la jeune fille entend chaque mot ; elle les ressent dans chaque fibre de son être. Ses yeux s’élargissent lorsqu’elle remarque le scintillement sadique dans les yeux de sa Dame – le seul signe extérieur qu’elle a, jusqu’à présent, montré, que sa faim augmente à mesure que la condition de son esclave s’aggrave.
Comment elle apprécie ses préliminaires avant le spectacle de la soirée. Comme elle est belle quand elle souffre si doucement pour son plaisir et pour satisfaire son besoin. Comme ses yeux de biche sont doux, car ils deviennent une fenêtre sur son angoisse. Comme sa poitrine s’alourdit et ses seins montent et descendent. Quand ses membres commencent à trembler légèrement, presque imperceptiblement. Dans son esprit, elle voit une image de son esclave, les deux lèvres dégoulinantes de sang. Des larmes coulent sur ses joues alors qu’elle est mordue, giflée, frappée, emmenée au bord de ce que son corps peut supporter…et puis au-delà. Jusqu’à cet endroit où elle ne peut plus pleurer ni crier. Là où les petits miaulements s’échappent de ses lèvres alors qu’elle est étendue, brisée, à ses pieds. Sa propriété. Son esclave. Sa pomme de sang. Elle a rempli tous ses sens d’elle. Elle veut lui donner tout ce qu’elle désire. Tout ce qu’elle est. Elle a besoin de lui donner plus, bien que son corps soit fatigué et meurtri.
“Souffre pour moi, ma fille,”
“Oui madame”, le murmure de la jeune fille est tout aussi rauque que celui de la dame. À ce moment-là, le propriétaire et l’esclave sont emmenés loin de la file d’attente des robes qui attendent l’attention de la Dame. Mais ce n’est que pour un instant. Bien que son besoin de faire des ravages ait été évoqué, le tigre doit attendre. Attendre son heure. Laissez le besoin s’accumuler jusqu’à ce qu’il ne puisse plus être contenu. Jusqu’à ce qu’il soit dans l’intimité de sa cave, de sa chambre ou de tout autre endroit où la Dame a envie d’aller. Là où le corps de la jeune fille peut être dépouillé aussi nue que son âme. Où la déesse peut être libérée et satisfaite. Où elle peut visiblement la lier et admirer le fruit de son travail.
Le tigre étant tenu à distance, la dame éteint l’appareil et se concentre à nouveau sur les robes qui ont été soigneusement disposées sur un porte-vêtements. Elle essaie robe après robe et les modèle pour sa petite amie qui est touchée par sa vue. Elle est si belle, et elle a attendu trop longtemps pour avoir les parures qu’elle mérite. Les lignes bien coupées flattent son beau corps et accentuent les muscles de ses mollets et de ses bras. Le rouge est un beau complément à ses cheveux et à ses yeux. Le noir épouse ses courbes aux bons endroits. La soie sur le violet est la beauté incarnée. Les talons sont des arrêts cardiaques. La jeune fille rougit et, momentanément, détourne les yeux en sentant une seconde pulsation entre ses jambes, indépendante de la vibration du méchant petit appareil. Même après toutes ces années, la simple vue de la Dame la fait mouiller. Elle peut la faire pleurer. Lui rappelle qu’elle est chez elle. L’excitation. La consolation. Malheur. Besoin. La même chose. La preuve qu’elle est tout simplement la sienne.
Après mûre réflexion, la Dame décide que les trois sont magnifiques et que les talons ne doivent pas être négligés. Elle se regarde une dernière fois dans le miroir et se tourne un peu pour voir la vue de derrière. Elle adore la façon dont les talons accentuent les lignes allongées de ses mollets et dont l’image entière montre juste la bonne quantité de peau. Elle sent la déesse remonter à la surface. Il est bon de l’avoir à nouveau à ses côtés.
La Dame sourit en apercevant de côté son esclave. Elle sourit en regardant la Dame, normalement si humble, s’admirer dans le miroir. La jeune fille est captivée par sa beauté, c’est vrai, mais plus par la totalité d’elle-même, comme en témoignent les pulsations renouvelées entre ses jambes, mais le sentiment de plaisir qui la remplit provient de celui de la Dame. De la façon dont elle se porte. De la source dans son pas. Du sourire sur son visage. De la lumière dans ses yeux. Elle se souvient d’une image du dernier week-end qu’ils ont passé à la maison. Quand sa dame avait souhaité être dorlotée et avait demandé à la jeune fille de lui faire un soin du visage et un massage. Alors qu’ils avaient d’abord bavardé, la Dame s’est vite tue et s’est plongée dans l’expérience, et la jeune fille a doucement frotté et caressé, acceptant que le bout de ses doigts transmette au corps de la Dame toute l’énergie relaxante et le plaisir qu’ils pouvaient. Des larmes se sont formées dans ses yeux lorsque la Dame s’est enfoncée dans le silence et que son corps s’est laissé aller. Alors que le stress se dissipait de ses membres, la Dame s’enveloppa dans une couverture de béatitude. Alors qu’elle savourait le doux toucher de son esclave. Ses baisers occasionnels et dévoués. Les voeux de plaisir qu’elle exprimait du bout des doigts.

“Ma douce fille”, pense-t-elle, et cela fait monter la faim en elle. Elle souhaite couper, déchirer et mordre. Elle souhaite entendre ses petits cris d’agonie. “Bientôt, bientôt”, se dit-elle alors que le tigre sort de son sommeil et lui ronge le ventre.

Elle ne dit rien, mais remet ses achats à son esclave et se dirige vers le comptoir pour payer.
La jeune fille fait attention à ne pas laisser les robes traîner par terre ou à ne pas laisser tomber les chaussures. Ses achats sont soigneusement placés dans des sacs à vêtements, les chaussures dans un élégant emballage doré et rose, rappelant le fin brocart. Ils lui sont rendus et elle suit sa dame jusqu’à la voiture.

Une fois les paquets bien rangés, la dame s’installe sur le siège du conducteur et la fille ferme la porte derrière elle. Elle monte dans la voiture selon les instructions et s’attache rapidement.

La route est cahoteuse et a besoin d’être repavée, et la jeune fille gémit alors que ses lèvres cousues palpitent. Elle est cousue depuis des heures maintenant, et la douleur n’a fait qu’empirer. Le son est calme, presque imperceptible, mais la dame entend et sourit. Son esclave, qui souffre pour son plaisir et de sa main. Elle souffre, mais ne se plaint pas. Centrée sur le plaisir de sa Dame et sur ses besoins.

Malgré la douleur, elle est à son service. En fait, c’est presque frustrant. Les besoins sadiques de la Dame l’ont suppliée de se libérer. Le tigre, bien que calme, a faim et elle le sent. Comme elle souhaite se nourrir de sa dévastation. Comment elle souhaite la regarder lutter pour contrôler les larmes qui se forment naturellement lorsqu’elle la laisse tomber. Elle aime torturer son esclave de cette façon, une autre forme de se délecter de ce qu’elle est pour la jeune fille et du pouvoir qu’elle exerce sur elle. Oh, les façons dont elle peut jouer avec les sentiments de la fille. Tout comme la fille est à elle pour construire et enseigner, elle est là pour être déchirée et nourrie. Pour recevoir l’attention sadique de sa Dame et son besoin de détruire. Elle est sa propriété, rien d’autre que sa propriété, et pourtant cela signifie tout pour eux deux.

Ils roulent en silence, aucun des deux ne reconnaissant la douleur de la jeune fille, bien que sa Dame ait l’intention de l’intensifier.

“Mon Dieu, tu es une telle salope”, soupire-t-elle sans prévenir. La voix de sa Dame fait sursauter la jeune fille de sa rêverie. Instantanément, elle est enveloppée dans un rideau de honte. Bien qu’elle ne dise rien, la preuve est écrite dans la couleur cramoisie qui colore maintenant ses joues.

“Sérieusement, la voiture entière sent comme toi”, dit-elle en ricanant. “Je ne sais pas pourquoi je me donne la peine de t’emmener quelque part. Je devrais te laisser enchaînée au sous-sol comme la petite salope en chaleur que tu es puisque tu ne sembles pas pouvoir te contrôler comme il convient à une jeune femme en public. Puis-je vous suggérer qu’avant de vous asseoir pour déjeuner, vous alliez dans la salle de bain et vous laviez… parce que si vous me gênez à table, je vous assure que vous le regretterez”.

Les mots ont frappé la jeune fille plus fort qu’une gifle. Plus fort même que le bracelet en caoutchouc que sa dame affectionne tant. Elle gémit de peur à l’idée de causer à sa Dame ne serait-ce qu’un instant de mécontentement. Sa Dame sait bien que c’est l’une de ses peurs les plus profondes. Elle sait que les conséquences qu’elle en tirerait sont minimes par rapport à l’acte de la décevoir, et pourtant, la menace est un moyen incroyablement efficace de faire naître cette peur chez la jeune fille. Elle gémit à nouveau et pose des yeux terrifiés sur sa Dame, qui est d’humeur à détruire, et n’offrira aucun réconfort pour soulager sa souffrance.

“Je suis désolée, je ne t’ai pas entendue, salope, c’était un oui Madame ?”

La réponse de sa Dame est froide et sans équivoque. Elle sourit, son sourire de chatte, en regardant le frisson se propager de la base du cou de la jeune fille jusqu’à ses pieds, laissant une traînée de bosses sur la tapisserie d’olivier exposée de ses bras et de ses jambes.

“Oui, madame”, chuchote-t-elle, un peu plus fort, cette fois.

“Allez-y”, dit-elle en désignant la salle de bains.

Cela ne lui ressemble pas, mais la jeune fille n’a même pas le temps de s’émerveiller de cette irrégularité. Son sens devient instantanément clair lorsqu’elle sent que les pulsations intenses recommencent. Une fois de plus, la cruauté de la Dame ne connaît pas de limites. Elle est vouée à l’échec, comme la Dame aime tant le faire. Elle commence à essayer de se nettoyer, mais aussi vite qu’elle sèche ses lèvres scintillantes, la vibration stimule un nouveau flux de son essence. Et elle n’est que trop consciente de la force du parfum de son sexe. Sa Dame l’a informée à plus d’une occasion qu’il est assez puissant pour remplir une pièce. Elle a elle-même été laissée ligotée pendant des heures, forcée de confronter cet attribut mortifiant de première main, car les soins de sa Dame ont en fait rempli la pièce du parfum de son mal pour Elle. De son besoin. Elle commence à trembler en se demandant si “j’ai assez bien nettoyé… va-t-elle laisser couler tout le repas… va-t-elle me permettre d’aller nettoyer à nouveau ? Est-ce qu’ils vont tous sentir ? L’anxiété est bien pire que la piqûre du savon dans ses lèvres cousues. Elle prend une grande respiration, ferme les yeux et mord l’intérieur de sa lèvre en aspergeant sa culotte avec la fine brume parfumée qu’elle garde dans son sac à main pour les urgences.

Elle est plus sèche que jamais… alors elle prend une profonde respiration et revient pour retrouver sa dame assise. Elle sirote un verre d’eau en parcourant calmement le menu. Elle peut sentir son esclave avant de la voir et fait un geste presque imperceptible de la main pour indiquer à la jeune fille qu’elle doit s’asseoir. La jeune fille voit et obéit, et doit combattre l’envie de crier quand elle sent que le siège dur entre en contact avec sa chatte endolorie. Et, bien sûr, sa dame, toujours d’humeur à prendre, augmente instantanément la vibration. Le monde de la jeune fille est réduit à un tourbillon de douleur.

“Décidez ce que vous voulez pour le déjeuner.”

L’ordre de sa Dame est simple, et pourtant, si enceinte de sa cruauté. Alors qu’elle prend souvent plaisir à commander pour eux deux, aujourd’hui, elle va faire en sorte que sa fille tourmentée ait une conversation polie avec leur serveur alors qu’elle est dans un état de détresse et se demande si son corps va la trahir.

Bientôt, le moment qu’elle redoute est arrivé, et le serveur arrive à leur table. Sa dame passe calmement sa commande, sans révéler sa satisfaction. Elle connaît son esclave comme sa poche et sait qu’elle a réussi sa mission. Faites monter en elle la peur de la décevoir, ajoutez un soupçon de dégradation et d’humiliation publique et la jeune fille s’est décollée suffisamment pour lui donner ce qu’elle veut.

“Et pour vous ?”

La jeune fille entend les mots redoutables. Elle jette un regard rapide, presque suppliant, sur sa Dame dont le regard d’acier est un message efficace pour la jeune fille, lui disant qu’elle doit se dépêcher de faire ce qu’on lui a dit.

Elle lève les yeux vers le serveur et ses yeux se ferment. Et à ce moment, comme si c’était prévu, elle sent le bourdonnement se renforcer encore. La jeune fille frissonne intérieurement. Elle peut entendre le bourdonnement…. tout le monde… elle en est certaine. Elle va révéler le secret. Elle le sait. Elle essaie de se concentrer sur l’accomplissement de la volonté de sa dame, et elle ne perd pas son calme… mais elle sent ses joues rougir de nouveau.

“Ma chère, vous allez bien ?”

La question, si bien intentionnée, est comme un bilan de mort. Elle sent le regard de la Dame qui lui brûle un trou à travers elle. Elle ne sait pas que malgré la chaleur de ce regard, sa Dame est haute comme un cerf-volant et qu’elle sourit à l’intérieur. Enfin, elle lui a donné assez de munitions pour permettre au sadique de jouer pleinement. La dévastation de la jeune fille est totale, mais elle veut que sa force remonte à la surface et force son esprit à chasser de sa tête toutes les pensées sauf l’ordre de sa Dame.

“Oui, madame, je vais bien, merci. Puis-je, s’il vous plaît, avoir…”

La jeune fille ne transforme même pas les aliments du menu. Un choix sort de sa bouche et ses yeux sont déjà tournés vers sa Dame, implorant silencieusement son pardon.

Le serveur hoche la tête, sourit et s’éloigne, et sa Dame ne perd pas de temps. “Mauvaise fille”.

Instantanément, la force de la jeune fille la fuit. Son ventre est rempli d’eau glacée et elle ne peut pas se remettre du froid qui coule dans ses veines. La douleur entre ses jambes n’est rien comparée à la douleur qui déchire son cœur. Elle aimerait pouvoir se rattraper, ici et maintenant. N’importe quoi pour arranger les choses. N’importe quoi pour être à nouveau sa bonne fille. L’idée de lui donner un moment de détresse est une torture totale. Et maintenant, confrontée à sa pire crainte, elle doit se battre pour se ressaisir afin d’éviter d’aggraver la situation et de déplaire encore plus à sa Dame.

Une torture aussi simple que celle que la Dame a imaginée. Et pourtant si intense. La jeune fille sera bien utilisée, esprit, corps, cœur et âme, avant la fin de cette journée. Une flaque d’esclave dévastée et sanglotante à ses pieds, comme l’aime le sadique.

“Votre esclave est désolée, madame, elle est tellement désolée”, se met à murmurer la jeune fille, son besoin d’arranger les choses se manifestant dans sa voix. “Elle fera tout pour arranger les choses, madame, tout ce qu’elle voudra.”

“Vous le ferez”, déclare la jeune fille. “Plus tard.”

Le mot s’installe sur son coeur comme un gel précoce. Plus tard. Six lettres simples. Deux petites syllabes. Si inoffensif. Et pourtant, si douloureux. Elle sera obligée de porter la connaissance qu’elle lui a déplu, qu’elle lui a désobéi, qu’elle a échoué jusqu’à ce que sa Dame lui permette de libérer la douleur dans un flot de larmes purificatrices et d’excuses profuses. Jusqu’à ce que l’ardoise soit nettoyée et qu’elle soit à nouveau la bonne fille de sa Dame. Jusqu’à ce qu’elle puisse se blottir sous les pieds de sa Dame, en paix à sa place pendant que sa Dame se délecte dans son espace vital. Mais ce ne sera que plus tard. Quand, exactement, elle ne le sait pas. Son appétit, d’abord mince, devient inexistant. Mais une fois qu’elle a la permission de manger, elle se force à consommer son déjeuner. Elle sait qu’il ne faut pas ajouter l’insulte à la blessure et désobéir deux fois à sa dame.

La dame prend note des efforts de la jeune fille et consent à ce qu’elle ait fini quand elle présente son assiette à la dame pour approbation. Elle a suffisamment mangé pour lui permettre de mener à bien ses activités de la soirée et, bien qu’elle aurait pu lui demander de manger davantage dans une journée normale, elle est impatiente de retourner à la maison et de mettre en œuvre ses plans soigneusement élaborés. Un simple hochement de tête indique à la jeune fille tout ce qu’elle doit savoir. Sa dame s’occupe de l’addition et donne un ordre sans mot à son esclave de la suivre jusqu’à l’endroit où elle récupérera la voiture. Aucun mot ne doit passer entre eux. Elle connaît la signification de sa Dame aussi clairement que si elle avait parlé à haute voix.

“Pathétique petite pute”, sa dame ricane dès que la porte se ferme derrière la fille et qu’ils sortent du parking. Elle sourit alors que les épaules de la jeune fille se recroquevillent et que son visage pâlit. “Fille inutile, je t’avais prévenu, n’est-ce pas, je t’avais spécifiquement dit de ne pas me mettre dans l’embarras, et tu ne pouvais même pas obéir au plus simple des ordres. J’avais raison, tout à l’heure. Je devrais définitivement te laisser enchaînée avec une petite gamelle de chien pendant que je suis dehors car tu es clairement inapte à m’accompagner dans la société polie. Vous n’êtes qu’une sale fille qui ne peut pas contrôler sa sale chatte… même quand son maître insiste sur l’importance d’un comportement correct”.

Comme la fille aimerait bien pouvoir disparaître dans les sièges. Comme elle aimerait être frappée sur le champ. Instantanément, elle se met à sangloter.

“Madame votre esclave est désolée, elle est tellement désolée.”

“Qu’est-ce que j’ai dit ?”, siffle la dame. “Je vous l’ai dit plus tard. Tu me désobéis encore… montre à quel point tu es désolée.”

Et avec cela, la fille est tout simplement hors d’atteinte. Elle pleure inconsolablement. Succès ! Sa Dame est positivement ravie. Elle ne dit plus rien sur le court trajet du retour à la maison. Elle se réjouit simplement de la douce musique qu’elle a produite.

Ils s’arrêtent dans l’allée et, avec cela, sa Dame crache : “Bon Dieu, vous êtes une putain de reine du drame. Pour l’amour de Dieu, arrêtez de pleurer. Vous ne ferez que vous enlaidir et vous déshonorer davantage en me désobéissant une troisième fois. Méchante petite fille ou pas, je veux que tu sois au mieux de ta forme ce soir, tout comme je le serai. Tu ne peux pas me faire honte… encore une fois, n’est-ce pas ?”

“N…non, Madame.” la fille bégaie et la Dame sourit à sa petitesse à ce moment. Elle est presque vaincue. Presque. Mais pas encore tout à fait là où la Dame la veut.

“C’est vrai”, sourit la Dame, un sourire complice et la jeune fille gémit instinctivement en réalisant que sa souffrance est loin d’être terminée. “Une dame comme moi ne mérite que le meilleur de tout. C’est tout ce que je souhaitais pour aujourd’hui, de beaux vêtements, un déjeuner agréable et une esclave obéissante qui s’occupe de mes besoins comme c’est son travail. Bien sûr, je devrai me contenter de deux sur trois. Allez, rangez mes affaires”.

“Oui, madame”, la voix de la jeune fille s’est réduite à la taille d’un murmure, mais même dans sa misère, elle réagit instantanément aux ordres de sa Dame. À l’expression de son besoin. Avec précaution, elle prend les paquets et les robes et les porte à l’étage, dans la chambre de sa Dame. C’est son espace, son sanctuaire privé, et la jeune fille le trouve plus paisible que n’importe où ailleurs dans la grande maison, simplement parce que c’est le sien. Les violets apaisants, l’élégant merisier, le parfum qui lui rappelle qu’elle est chez elle, aussi fort que lorsqu’elle est aux pieds de sa Dame. L’odeur est étrangement réconfortante pour elle, malgré son état d’agitation, et l’acte de soigner les parures de sa dame est centré. Elle sent qu’elle commence à se détendre en empilant soigneusement les boîtes à chaussures et en organisant les robes, en veillant à ce qu’elles ne se froissent pas et ne se prennent pas dans les cintres.

Sans crier gare, elle halète. Le bourdonnement a repris de plus belle. Ses lèvres gonflées lui font mal. Ses maux de tête. Ses maux de cœur. Le bourdonnement est un cruel rappel de sa désobéissance passée. Et pour ne rien arranger, toutes ses tâches étant accomplies, la sensation semble étrangement exacerbée. Bien qu’elle ne l’ait pas encore remarqué, la pulsion sexuelle s’est accumulée entre ses jambes toute la journée. Et elle ne peut s’empêcher de remarquer que la douleur de la stimulation semble étrangement chargée d’une sensation d’un autre ordre. Son cœur commence à battre lorsqu’elle sent sa présence, la forte prise de sa gorge et le souffle chaud dans la nuque. Elle est poussée contre le bord du lit et laisse échapper un petit cri de surprise en sentant les mains de la dame au bouton de sa jupe.

Elle est bientôt désintéressée et frissonne lorsque la fraîcheur de la chambre rencontre sa peau rougie et légèrement humide. Ses jambes sont écartées, ses yeux s’élargissent et se glacent de douleur, ses points de suture s’enfoncent encore plus. Elle sent le genou en position stratégique avant de voir le sourire froid de sa dame. Elle tremble à l’idée de ce qu’elle sait être inévitable. “Non, mon Dieu, s’il vous plaît, non, laissez-moi faire preuve de retenue. S’il vous plaît, mon Dieu, ne lui désobéissez pas une troisième fois.”

Mais sa Dame est aussi le maestro quand il s’agit de tirer les ficelles. Il n’y a pas un pouce de sa propriété qu’elle ne connaisse pas ou qu’elle ne puisse pas plier à sa volonté. La jeune fille se met à pleurer sérieusement avant que le coup ne commence. Bien qu’elle n’ose pas la supplier d’arrêter, l’idée de dire non à chaque itération est comme un poison pour elle, mais elle ne peut pas cacher la terreur et l’effroi qui se lit sur son visage.

“Votre esclave ne veut pas vous désobéir, Mi’Lady”, sanglote-t-elle et tremble alors que sa chatte répond instantanément aux taquineries de la Dame. L’envie monte et monte, égale à la douleur de l’intense vibration. Encore et encore, le petit appareil agresse son point G. Les yeux de la jeune fille se mettent à rouler dans sa tête. “Oh mon Dieu, s’il vous plaît, Madame, votre esclave ne veut vraiment, vraiment, vraiment pas vous désobéir.”

“Alors ne le faites pas”, répond sa Dame. Son désespoir ne fait qu’ajouter de l’huile sur le feu. La jeune fille n’aura aucune pitié ici. Sa Dame veut qu’elle soit brisée. Et la troisième désobéissance y arrivera à coup sûr. Elle sourit en pressant stratégiquement son genou contre la chatte de la jeune fille. Elle peut sentir le battement. Elle sent la chaleur. Sentir son essence. Et elle n’a aucun doute qu’elle va bientôt gagner. Elle gagne toujours. Il n’y a aucun moyen pour la fille de s’arrêter. Son corps n’est en aucun cas le sien. Chaque centimètre appartient à la reine rouge. Chaque centimètre est à elle, chaque molécule, revendiquée. Elle n’a pas plus de contrôle sur ce que fait son corps qu’un train qui roule à toute allure. Et s’arrêter serait tout aussi impossible.

Elle se lamente, totalement vaincue, alors qu’elle ressent la libération frémir dans son corps. Et avec cela, sa dévastation est totale. Sa Dame retire son genou d’entre les jambes de la jeune fille et sourit alors que son petit esclave s’écroule sur le sol.

“Qu’est-ce qui ne va pas chez toi aujourd’hui, ma fille ? Tu me désobéis trois fois ? As-tu oublié ce que tu es et l’obéissance inconditionnelle que tu me dois ? Il est clair que tu as besoin qu’on te rappelle ta place.”

maman soumise bdsm