Elle était allongée sur le ventre sur le lit, nue, à l’exception d’une paire de culottes bikini à ficelle noire transparente. Ses fesses étaient poussées vers le haut par deux oreillers sous ses hanches. À côté d’elle, il y avait une cravache et une fessée. Le fouet était noir, avec un manche lisse de deux pieds recouvert de cuir. Elle savait que bientôt sa culotte serait enlevée et qu’elle recevrait une fessée jusqu’à ce qu’elle pleure. Le fait de penser à la punition qu’elle allait recevoir rendait l’entrejambe de sa culotte humide.

Plus tôt dans la journée, ils étaient sortis en voiture dans une zone rurale. La route passait entre des rochers et de verts pâturages, des arbres fruitiers bordant les vallées comme des escadrons de soldats. Là-haut, elle a vu une sellerie. Elle lui a demandé de s’arrêter et ils sont entrés. Elle a vu le fouet et a imaginé combien son coup lui ferait mal au cul. Elle lui a demandé de l’acheter pour elle. La voiture était garée à l’écart, entre deux arbres. Quand ils sont retournés à la voiture, il l’a pliée sur le capot. Sa robe courte est montée, couvrant juste ses fesses. Il lui a donné dix coups rapides avec le fouet sur la courbe ronde de ses fesses. Il faisait chaud et elle portait une robe de soleil légère et le genre de culotte de bikini à ficelle qu’il aimait bien. La robe fine et la culotte transparente n’offraient pas beaucoup de rembourrage entre sa peau nue et le fouet. “Je te donnerai la fessée avec ce fouet au moment de te coucher”, lui avait-il dit. Elle pensait à ces coups de fouet, qui lui brûlaient les fesses, pour le reste de la journée.

À l’heure du coucher, elle monta se préparer pour sa fessée, se déshabillant jusqu’à la culotte et étalant le fouet et la lanière de fessée. Il est monté quelques minutes plus tard pour la punir.

Il s’est arrêté un instant, regardant juste comme elle était belle, les joues rondes de ses fesses visibles à travers la matière même de sa culotte, les fesses relevées, offertes. Il s’est approché d’elle et s’est agenouillé à côté d’elle sur le lit, caressant sa chatte à travers la fine culotte.

“Tu es très mouillé”, a-t-il commenté. Il lui embrassa les cheveux et lui chuchota à l’oreille : “Je vais devoir te punir encore plus durement pour avoir été une si vilaine salope”. Cela la rendit encore plus mouillée. Il a commencé à lui donner une fessée sur sa culotte, avec sa main. La culotte fine n’offrait pas beaucoup de protection, mais le claquement de sa main semblait lui faire plus mal quand il la mettait à genoux. Les claques de sa main retentirent dans la pièce, chaque claque laissant une légère marque rose sur son derrière. Il lui a donné dix gifles sur chaque fesse, puis a caressé sa chatte entre ses cuisses écartées. Après lui avoir donné dix autres gifles, sa main commençait à lui faire mal. Il l’a caressée à nouveau, embrassant son cou tout en passant son index sur son clitoris.

“Je vais te fouetter”, lui dit-il en lui enlevant la culotte des jambes. Il la caresse à nouveau et elle pousse contre sa main, les lèvres de sa vulve glissant.

Il a pris le fouet et lui a tapé légèrement les fesses avec le fouet. Elle a poussé ses hanches vers le haut, soulevant ses fesses, offrant son cul au fouet.

Il a fait descendre le fouet sur ses joues. Le fouet a laissé une marque rose clair. Il a donné les coups lentement, en retenant l’intensité lorsque ses fesses ont commencé à rougir sous le cil. Après lui avoir donné vingt coups de fouet, il s’est arrêté pour la caresser, en passant sous elle pour lui couper le sein, en lui tordant le mamelon tout en frottant son clitoris avec son autre main. Elle gémit et se frotte contre sa main.

Il a pris le fouet et lui a tapé les fesses à nouveau. Elle s’est cambrée, lui offrant son cul. Il a déplacé la tige du fouet entre les lèvres de sa vulve, la laissant pousser contre elle. Puis il a levé le fouet et l’a fait redescendre sur ses fesses. Elle s’est mise à crier alors qu’il lui fouettait les fesses et le haut des cuisses. Les cigognes étaient plus dures maintenant, et les marques laissées par le cil étaient d’un rose plus profond. Les coups de fouet, en particulier sur le haut de ses cuisses, lui faisaient mal et ses cris se confondaient jusqu’à ce qu’elle pleure lorsqu’il lui donnait la fessée.

Après lui avoir donné vingt autres cigognes, il s’est arrêté et a glissé ses doigts dans sa chatte, la baisant et lui massant le clitoris. Ses lèvres étaient douces et sa chatte était chaude et humide. Il savait qu’elle avait besoin d’être baisée, mais il n’avait pas fini de lui donner la fessée.

“Combien peux-tu en prendre avec la sangle ?”, lui demanda-t-il.

“Autant que tu veux m’en donner”

“Choisissez un numéro. Je veux que tu choisisses ta punition.”

“Vingt ?”, demanda-t-elle avec hésitation

“Ok, vingt. Je vous donne deux séries de dix. Maintenant, tenez votre derrière en l’air.”

Il a pris la sangle, l’a levée au niveau de l’épaule et l’a descendue avec force sur ses fesses rouges. Elle s’est mise à crier en faisant l’attaque. Bientôt, elle pleurait à nouveau, son corps était couvert de sueur. Mais elle garda le dos cambré, offrant son cul pour la sangle, s’offrant à lui pour le punir. Alors qu’il lui donnait la fessée, elle s’imaginait qu’elle était la vilaine petite salope de papa, recevant la sangle pour avoir une chatte aussi mouillée. La lanière lui faisait très mal, mais elle était tellement excitée.

Après les dix premiers coups, il la laissa se reposer pendant quelques minutes, pour qu’elle reprenne son souffle. Elle pleurait encore quand il a recommencé à la sangler. Il lui a donné les derniers coups très fort et elle a pleuré très fort pendant qu’elle les prenait. Il s’est couché sur le lit à côté d’elle, sa bite en fer dur. Elle s’est agenouillée au-dessus de lui, s’empalant sur sa bite. Il lui a donné une coupe dans les mains alors qu’elle le chevauchait. Il pouvait sentir les marques du fouet et la sangle sous ses doigts. Elle a commencé à le chevaucher plus fort et ils se sont rapprochés.

salope à punir