Sol s’est assis sur le bord du lit et a posé la règle derrière lui.

“Viens ici, jeune fille

Daphné est restée là où elle était. “Je ne veux pas de fessée”, dit-elle en tapant du pied.

“Je sais que tu ne veux pas de fessée. Mais tu en as besoin. Maintenant, sois une bonne fille et viens ici.”

Elle se dirigea à contrecœur vers son côté droit, en traînant les pieds, en regardant la règle posée sur le lit.

Daphné portait une jupe courte et serrée en denim, boutonnée et zippée sur le côté. Elle repoussa les mains de Sol qui commença à déboutonner sa jupe.

“Je peux le faire moi-même”, lui dit-elle, en recourbant légèrement sa lèvre inférieure vers le bas. Elle a ouvert sa jupe, la laissant tomber jusqu’aux chevilles et en est sortie. Elle savait que Sol la détestait quand elle a laissé ses vêtements par terre. “C’est vraiment dommage”, se dit-elle.

Elle est restée debout dans une culotte de bikini rose avec des petites fleurs bleues. Au moins, il n’allait pas la déshabiller comme une petite fille qu’elle traversait en tirant sa culotte jusqu’au milieu de ses cuisses et en s’allongeant sur ses genoux.

Sol a enroulé son bras gauche autour d’elle, plaçant sa main sous sa hanche droite et la tenant fermement sur ses genoux. “Tu as eu besoin d’une fessée tout l’après-midi”, lui dit Sol, en caressant la courbe de ses fesses. “Parfois, je ne sais pas ce qui te prend.”

Alors qu’il commençait à la gronder, elle l’interrompit. “Tu vas me donner une fessée quoi que je dise, alors pourquoi dois-je écouter “la conversation” d’abord ?” La culotte de Daphné s’est rapprochée de ses genoux tandis qu’elle donnait des coups de pied à ses jambes pour souligner l’importance de son geste. “Tu ne peux pas en finir sans me faire la leçon ?”

“Tu as vraiment besoin d’une bonne fessée” lui dit Sol, en continuant ses caresses. “Tu as la parole pour que tu puisses penser à la façon dont tu as été vilain pendant que tu te chauffes les fesses.”

Sol continua à la gronder. Quand il eut fini, il prit la pagaie et lui tapota les fesses avec. “Maintenant, es-tu prêt à prendre ta fessée ?”

“Ouais, peu importe”

Sol a levé la pagaie et l’a fait descendre en force sur ses fesses.

“Ow !”

Il lui a donné un autre coup.

“Aïe ! Ça fait mal !”

“Les fessées sont censées faire mal”

Il a continué à la pagayer. “Je pensais que vous vouliez que j’arrête de vous gronder et que je continue à vous donner la fessée”, dit-il en ramenant la pagaie sur la partie inférieure de ses fesses, juste au-dessus de ses cuisses.

“Aïe ! Ça fait mal ! Aïe ! Je ne veux pas de fessée.”

Sol lui a donné une autre fessée avec la pagaie. “Je sais que tu ne veux pas de fessée. C’est pourquoi les fessées sont utilisées pour punir les vilaines filles.”

Il continua à lui donner la fessée, les claquements de la pagaie faisant écho aux cris de Daphné. Ses fesses commençaient à rougir sous la pagaie et elle se tordait après un coup dur sur ses fesses inférieures.

“Sois une bonne fille et reste allongée. Si tu te tortilles ou si tu donnes un coup de pied, je te donne une fessée sur les cuisses”, lui dit Sol en lui faisant descendre la pagaie sur le haut des cuisses.

“Ow, Ow ! Je vais être une bonne fille”, protesta Daphné alors que Sol lui faisait ramer plus fort les fesses. “Je suis désolée d’avoir été vilaine. Ow ! J’ai appris ma leçon. Ow ! Vraiment. Je vais être bon. Ow ! Je te le promets.”

Sol ignora les supplications de Daphné et continua à la faire pagayer, lui donnant la fessée sur les cuisses chaque fois qu’elle ne restait pas allongée. Il ne s’arrêta que lorsque ses fesses et ses cuisses furent pourpres.

“Je veux que tu te déshabilles et que tu t’allonges sur les oreillers. Et que tu ne frottes pas tes fesses.”

Daphné s’est levée de ses genoux. Sa culotte était maintenant autour de ses chevilles. Elle a mis ses mains sur ses hanches. “J’ai eu ma fessée”, renifla-t-elle. “Ça m’a fait très mal et j’ai promis d’être une bonne fille. Comment se fait-il que je doive m’allonger sur les oreillers ?” dit-elle en tapant du pied.

“Tu dois t’allonger sur les oreillers pour que je puisse te donner la fessée avec la canne.”

“Ce n’est pas juste que je doive aussi me faire pagayer et canner. Je n’étais pas si méchante ! La canne me fait trop mal.”

“Les vilaines filles ne décident pas de la façon dont elles vont recevoir la fessée. Tu aurais peut-être dû penser à la fessée que tu recevrais avant de te comporter comme une gamine. Maintenant, par-dessus ces oreillers !”

Daphné a fait la moue, mais n’a pas argumenté davantage. Elle savait que si elle continuait à pousser, elle finirait par recevoir une fessée encore plus dure. Pendant que Sol prenait la canne à rotin dans le placard, Daphné sortait de sa culotte, tirait sa chemise sur sa tête et la laissait tomber par terre à côté de sa jupe. Après avoir décroché son soutien-gorge et l’avoir fait tomber sur le sol, elle a empilé trois oreillers au milieu du lit et s’est couchée par-dessus. Daphné a enterré son visage dans un quatrième oreiller, ses cheveux blond miel coulant sur l’oreiller, cachant son visage.

Les jambes de Daphné étaient jointes. Les oreillers sous ses hanches poussaient ses fesses vers le haut, soulignant la courbe ronde de ses fesses.

Sol lui a tapoté légèrement le haut des cuisses avec la canne. “Écarte les jambes, chérie” lui dit-il. Daphné écarta légèrement les cuisses. Sol lui a donné une légère tape sur le haut des cuisses. “Plus large”

“Bonne fille

Sol a trouvé Daphné belle comme ça, les jambes ouvertes, la chatte à découvert, les fesses présentées pour la punition.

Il apporta légèrement la canne sur les fesses de Daphné, en mesurant son coup. Puis il souleva la canne et l’amena en sifflant sur ses fesses relevées. La canne a laissé une marque rouge foncé sur ses joues déjà rougies. Elle a fait les premiers coups en silence. “Sol n’allait pas la faire pleurer comme une petite fille à qui son père donne la fessée”, se dit-elle. Sol donnait un coup sur trois ou quatre sur le haut des cuisses de Daphné et ça faisait très mal. Elle était désolée d’avoir été une vilaine fille et encore plus désolée d’avoir reçu une fessée. Bientôt, sa résolution de se taire fut oubliée et elle pleurait, l’oreiller étouffant ses sanglots.

Sol posa la canne et s’assit à côté d’elle sur le lit. Elle avait l’air très vulnérable, allongée nue sur les oreillers, les fesses et les cuisses rouges et bordées de marques. Les épaules de Daphné tremblaient légèrement alors qu’elle pleurait doucement. Sol la caressait, faisant courir sa main le long de son dos, sur ses fesses. Sa peau était chaude et il pouvait sentir les marques des coups de canne. Il la caressa et l’embrassa jusqu’à ce qu’elle cesse de pleurer.

Sol se mit debout et prit la canne, se déplaçant de l’autre côté du lit. “Je vais te donner vingt autres coups de canne, mon amour”, lui dit-il. Sol savait que Daphné allait bientôt recommencer à pleurer et il se sentit un peu cruel en la réconfortant, mais il continua à lui donner la fessée. Sol voulait donner à Daphné une chance de reprendre son souffle et il voulait qu’elle sache qu’il lui donnait une dure fessée parce qu’il l’aimait.

Comme Sol s’y attendait, Daphné se remit à pleurer après les premiers coups de canne. Malgré sa résistance, elle se sentait comme une petite fille à qui on donne une fessée. Lorsque Sol a cessé de la frapper, elle pleurait fort et n’a pas essayé d’étouffer ses pleurs dans l’oreiller.

Sol est allée dans le placard et a échangé la canne contre une brosse de bain du Vermont Country Store.

“Je veux que tu t’allonges sur mes genoux, chérie”, dit-il à Daphné alors qu’il était assis au bout du lit. Elle s’est levée du lit et a pris un kleenex sur la table de nuit. Ses yeux étaient humides et ses joues étaient couvertes de larmes. Elle s’est arrêtée de pleurer en se séchant le visage et en se mouchant. Daphné s’est dirigée vers le côté droit de Sol. Elle pensait qu’il allait peut-être lui donner une fessée. Quand elle a vu la brosse dans sa main, elle s’est remise à pleurer en s’allongeant sur ses genoux.

Sol lui a caressé les cheveux. “Ta punition est presque terminée, mon amour. Je vais te donner une fessée avec la brosse et ensuite tout sera fini.”

“J’ai déjà très mal aux fesses”, dit Daphné entre deux sanglots.

“Je sais, mon chéri. Mais tu dois être une fille courageuse et prendre ta fessée.”

“Pourquoi faut-il que ce soit avec la brosse ? Tu ne peux pas utiliser ta main ?”

“Je suis désolé, mon amour, mais ça doit être la brosse.”

“Combien dois-je en avoir ?”

“Je vais t’en donner vingt sur chaque joue.”

Daphné a commencé à pleurer plus fort. “Est-ce que ça doit être autant ? Je suis désolée d’avoir été une mauvaise fille. Je te promets que je serai une bonne fille. S’il te plaît, ne me donne pas de fessée aussi fort. J’ai appris ma leçon.”

Il lui a caressé le dos et lui a caressé les fesses. “Je sais que tu es désolée, chérie. Et je suis sûr que tu seras une bonne fille. Mais tu as été une vilaine fille et tu as besoin d’une fessée. Maintenant, reste allongée, pour que je n’aie pas à te donner d’extras.”

Sol a commencé à la pagayer avec la brosse, en alternant les joues, en lui donnant une fessée rapide et dure. Daphné s’est mise à crier à chaque coup de pagaie. Les coups de brosse lui faisaient plus mal que la rame de la règle et même que la canne. Bien que Daphné se soit débattue et ait serré ses fesses lorsque Sol lui a donné la fessée avec la règle, elle est maintenant allongée, les fesses détendues, boiteuse sur les genoux de Sol, résignée à la douleur, sanglotant alors que la brosse la punissait.

Finalement, c’était fini et Sol la prit dans ses bras et la réconforta, lui caressant le dos et les cheveux jusqu’à ce qu’elle cesse de pleurer.

“Je veux que tu retournes sur les oreillers et que tu écartes les joues”, dit Sol à Daphné.

Daphné s’allongea à nouveau sur les oreillers et tendit la main derrière elle, une main sur chaque joue et écarta ses fesses aussi loin qu’elle le put. Elle a entendu Sol se déshabiller derrière elle et ouvrir le tiroir de la table de nuit. Il s’est déplacé derrière Daphné et lui a caressé les fesses et les cuisses. Elle a senti la fraîcheur du lubrifiant lorsqu’il a posé un doigt sur son anus. Elle a cambré ses fesses, lui offrant ses fesses alors qu’il enfonçait son doigt en elle. Elle a entendu le bruit du lubrifiant lorsqu’il l’a mis sur sa queue, puis elle a senti sa queue contre son anus. Elle a essayé de se détendre lorsqu’il l’a poussée en elle. Comme toujours, elle sentait qu’il n’entrerait jamais, jusqu’à ce que le bout de sa bite dépasse l’anneau musculaire. Une fois qu’il était en elle, elle a éloigné ses mains de ses fesses, mettant ses paumes à plat contre le mur, poussant ses fesses vers le haut pendant que Sol lui baisait le cul, la prenait violemment, ses cuisses tapant contre ses fesses brûlantes et douloureuses.

histoire fessée jeune salope