“Je me sens coupable de quelque chose que j’ai fait hier”, a déclaré Louisa. “Ce n’était pas vraiment mon heure de gloire, mais je n’ai rien fait de si mal. Je veux dire que c’est certainement ce que la plupart des gens feraient sans y réfléchir à deux fois. Mais ce n’est pas la façon dont je me comporterais d’habitude. Et, eh bien, je me sens mal.”

“Et que devrions-nous faire à ce sujet ?”, demanda John après que Louisa ait avoué sa transgression plus en détail.

Presque comme si elle parlait de quelqu’un d’autre et des fesses de quelqu’un d’autre, Louisa a dit “Je pense que je bénéficierais d’une dure fessée de punition.”

“Alors, je pense qu’une fessée de punition sévère est exactement ce que je vais te donner. Viens avec moi, jeune fille.”

Louisa a suivi John dans la chambre, en traînant les pieds. John était maintenant assis sur le bord du lit avec Louisa debout devant lui.

“Tu es une bonne fille, chérie”, dit John à Louisa. “Mais même les très bonnes filles ne sont pas parfaites. Elles font des erreurs et elles ont besoin d’une fessée, n’est-ce pas, chérie ?”

Louisa se déplaça de pied en pied et regarda le sol. “Oui, Monsieur”, dit-elle d’une petite voix, en frappant la balle de son pied gauche dans le sol, le visage partiellement caché par ses cheveux, tout en regardant vers le bas comme si le sol était soudainement fascinant.

“Oui, Monsieur” quoi, jeune fille ? De quoi ont besoin les bonnes filles qui ont été méchantes ?”

“Elles ont besoin d’une fessée, Monsieur”

“Et comment une vilaine fille devrait-elle recevoir une fessée, jeune fille ?”, demande John d’une voix ferme.

Louisa ne répondit pas, mais donna un nouveau coup de pied au sol.

“Jeune fille, je crois que je t’ai posé une question”. C’était une chose de dire dans l’abstrait qu’elle avait été une vilaine fille et qu’elle avait besoin d’une bonne fessée bien dure. Mais cette idée abstraite était sur le point de devenir réalité. Louisa allait recevoir une bonne fessée et cela allait lui faire mal. Louisa répondit à contrecœur : “Les vilaines filles devraient recevoir une fessée bien dure, Monsieur”.

“C’est vrai. Les vilaines filles devraient recevoir une fessée bien dure et après avoir pleuré, tout ira mieux. Maintenant, va dans le coin, baisse ta culotte et relève ta jupe pour que je puisse voir ce vilain petit cul que je vais punir.”

“Vous ne pouvez pas me donner une fessée, Monsieur ? Pourquoi je dois aller dans le coin ? Je déteste rester dans le coin.”

“Ajoutons la désobéissance à vos transgressions, jeune fille ?”

“Non, monsieur.

Louisa se rendit dans le coin de la pièce qu’elle considérait comme le coin des punitions. Elle s’est mise sous sa jupe et a baissé sa culotte jusqu’au milieu de ses cuisses. Puis elle s’est retournée et a relevé sa jupe, la tenant en l’air pour que ses fesses soient exposées. Elle a penché son épaule et sa tête dans le coin.

John a trouvé que Louisa était très belle avec ses fesses nues exposées, sa culotte transparente autour des cuisses. Il a rappelé à Louisa pourquoi elle était punie et lui a dit que ce serait un bon sujet de réflexion pendant qu’elle attendait dans le coin.

John l’a laissée attendre dans le coin pendant dix minutes pendant qu’il lisait un livre. De temps en temps, il jetait un coup d’œil vers le haut pour s’assurer que le joli derrière de Louisa était entièrement dénudé et une fois, il l’a grondée lorsqu’elle a baissé un peu sa jupe. Pour Louisa, il semble que les âges géologiques soient passés. Elle souhaitait que John lui donne une fessée et en finisse avec ça.

Elle a entendu John se lever du lit, traverser la pièce et retourner à son siège.

“Viens la Louisa”, dit John.

Louisa se traîna vers John, les jambes entravées par la culotte autour de ses cuisses. Un petit frisson de peur traversa Louisa lorsqu’elle vit la brosse de bain que John utilisait pour les fessées de punition dans sa main droite. “Eh bien”, pensa Louisa, “au moins je suis sortie de ce satané coin”

Sans qu’on le lui dise, Louisa s’est couchée sur les genoux de John. “Bonne fille”, lui dit John en soulevant sa jupe, qui était tombée sur ses fesses.

“Faut-il discuter de la raison pour laquelle on te donne la fessée, jeune fille ?”

“Non, Monsieur.”

“Maintenant, je veux que tu me demandes de te punir.”

Louisa a brièvement envisagé de répondre par “Pourquoi tu ne peux pas t’en occuper, bon sang. Je ne veux pas demander à être punie. Je déteste avoir à le demander.” Mais sa position, le bas nu, couchée sur les genoux de John, lui rappela que l’obéissance était une voie plus prudente. Et être puni impliquait des choses qu’on n’aimait pas.

“S’il vous plaît, punissez-moi, Monsieur”, dit Louisa d’une voix douce.

“Je le ferai, mon amour. Les vilaines filles qui reçoivent des fessées de punition ne reçoivent pas de fessées de réchauffement par-dessus leur culotte. Elles en reçoivent sur le ventre”, a rappelé John à Louisa. “Tu es punie et c’est censé faire mal. Je veux que tu sois une bonne fille, que tu restes tranquille pour moi et que tu acceptes ta punition. Tu peux faire ça pour moi, chérie ?”

“Je vais essayer, Monsieur.”

“Bonne fille”

John l’a tirée plus fermement vers lui avec son bras gauche en faisant descendre la brosse sur sa fesse droite, puis sur la gauche. Louisa s’est mise à crier. “Putain, cette brosse fait mal”, pensait-elle.

John a alterné les joues, en faisant pagayer Louisa avec la brosse. Il lui en a donné dix de chaque côté, puis l’a laissée reprendre son souffle. Il lui a caressé les fesses. Ses joues commençaient à rougir, avec des taches plus profondes là où le centre de la brosse avait touché. Trop tôt, du point de vue de Louisa, la brosse la punissait à nouveau et elle pleurait à chaque coup. Elle a essayé de compter les coups, mais elle a vite perdu le compte. Des larmes ont commencé à couler sur ses joues alors qu’elle pleurait doucement. Elle donnait des coups de pied à ses jambes et serrait ses fesses. John lui rappela qu’elle avait gagné des extras pour ne pas être restée immobile. Elle s’efforça d’être une bonne fille et de rester immobile, mais cette brosse lui faisait si mal. Elle donna un autre coup de pied, essayant de rouler sur les genoux de John, mais il la serra fort et lui rappela encore une fois qu’elle aurait des extras.

Lorsque la brosse a cessé de la punir, le visage de Louisa était couvert de larmes. John lui caressa les fesses, la peau rougit et se réchauffa sous son contact.

“Je vais devoir te donner des extras pour ne pas rester tranquille, mon amour”

“Mais ça fait tellement mal. J’ai essayé, vraiment.”

“Les fessées sont censées faire mal, chérie. Maintenant, je vais t’en donner six sur chaque cuisse”

John a apporté les cuisses de Louisa avec la brosse, juste en dessous de ses fesses. Les coups n’étaient pas aussi durs qu’ils l’avaient été sur ses fesses, mais ils faisaient beaucoup plus mal. Louisa pleurait à chaque coup de pinceau, sanglotant pendant qu’on lui donnait la fessée.

“Lève-toi maintenant, chérie”, lui dit John. Louisa se leva, un peu chancelante. Elle se frottait les fesses. John lui tendit un mouchoir, elle se moucha et sécha quelques unes de ses larmes.

“Retourne dans le coin, jeune fille. Et garde cette jupe relevée. Je veux voir ces fesses rouges et nues, vilaine fille.”

Louisa se traîna jusqu’au coin. Sa culotte était tombée autour de ses chevilles. Elle voulait se frotter les fesses, mais elle savait par expérience que les filles fraîchement fessées dans les coins n’avaient pas le droit de se frotter.

John est retourné à son livre. Le problème avec une rame dure comme celle qu’il venait de lui donner, c’est qu’elle engourdit les fesses. Attendre quelques minutes permettrait à la sensation de revenir et à sa vilaine fille d’apprécier pleinement sa prochaine fessée.

Au bout de dix minutes, John s’est levé et est allé chercher la canne dans le placard. Il a empilé deux oreillers au bout du lit avant d’appeler Louisa.

Lorsqu’elle a vu la canne, elle s’est remise à pleurer. “S’il vous plaît, Monsieur. Je serai une bonne fille, je vous le promets.”

“Je sais, chérie. Sors de ta culotte, s’il te plaît et allonge-toi sur les oreillers”

Résignée à son sort, Louisa obéit et se couche au bout du lit.

“Écarte les jambes, mon amour”, ordonna John

Les coussins sous ses hanches ont mis à nu la courbe inférieure des fesses de Louisa et sa chatte. Louisa se sentait ouverte et disponible, prête à se faire baiser ou à recevoir une fessée. Malheureusement, elle pensait que la fessée, et non la baise, était dans son avenir immédiat.

“Je vais te donner quinze fessées. Ensuite, tu peux faire une petite pause et tu en auras quinze autres. Es-tu prêt à accepter ta punition ?”

Louisa détestait ces petites questions rhétoriques lors d’une fessée, mais elle répondait docilement “Oui, Monsieur”.

John a fait descendre la canne au milieu des fesses de Louisa. Le coup de canne lui brûla les fesses, qui étaient déjà douloureuses à cause de la rame qu’il lui avait donnée. John lui donna un coup de canne toutes les huit ou dix secondes. La canne a laissé des lignes rose foncé sur ses fesses déjà rougies. Les cris de Louisa furent bientôt suivis de larmes. John lui a donné un coup de pied dans la partie inférieure des fesses et elle a donné un coup de pied dans les jambes, se tortillant et roulant sur les oreillers en criant.

“Remets-toi en position, mon amour. Tu vas avoir des extras, j’en ai peur”.

Louisa s’est reculée sur les oreillers, écartant docilement les cuisses, soulevant ses fesses pour la canne qui la punissait bientôt à nouveau.

“Rassemble tes cuisses, chérie. Je vais te donner tes trois coups de canne supplémentaires.”

Louisa rassembla ses jambes et la canne brûla jusqu’au haut de ses cuisses tandis que Louisa sanglotait.

John s’est assis sur le lit à côté d’elle et a caressé ses cheveux. Il lui a dit qu’elle était une bonne fille et qu’il l’aimait, c’est pourquoi il a dû lui donner une fessée. La main de John était froide alors qu’il caressait la courbe des joues chaudes de Louisa.

John s’est levé, a pris la canne et est passé de l’autre côté du lit. Il donnait la dernière série de coups de l’autre côté afin que les deux fesses de Louisa soient punies de la même manière.

Louisa a pleuré pendant le reste de la cane, mais elle a réussi à rester immobile et à éviter des coups supplémentaires sur ses cuisses. Lorsque John a donné à Louisa les quinze derniers coups de bastonnade, il s’est assis sur le lit et l’a reprise sur ses genoux.

John lui a donné la fessée de sa main. Il aimait la façon dont ses joues chaudes se sentaient sous sa main. Louisa s’est allongée sur ses genoux en pleurant comme une petite fille. “Je vais finir ta punition avec une fessée et une baise de cul” lui dit-il en lui donnant la fessée. Les pensées de Louisa étaient emplies de la douleur de la main de John qui punissait ses fesses endolories et tout ce qu’elle entendait était “une fessée et un baiser”.

“D’accord, chérie. Tu peux te lever maintenant. Je veux que tu te déshabilles et que tu prennes la sangle de punition.” John lui a dit.

Louisa se leva, les larmes coulaient sur ses joues. John s’est assis sur le lit, la regardant se déshabiller, en mettant ses vêtements sur une chaise. Quand elle était nue, Louisa a pris la sangle qui était accrochée à la porte du placard. La “courroie de punition” était en fait un tawse écossais, fait d’un épais cuir bordeaux. John se tenait à côté du lit et elle lui a tendu la courroie pour qu’il la prenne.

Louisa s’agenouillait au bout du lit, la voûte plantaire par-dessus le bord, les bras et la tête sur la couette, les cuisses écartées. John ajusta un peu sa position pour que ses fesses soient poussées vers l’extérieur, par-dessus ses mollets. “C’est une bonne fille”, lui dit-il.

Pendant que John fouettait Louisa avec la sangle, il faisait une pause de temps en temps pour la repositionner et lui rappeler de garder ses fesses relevées. Les cris de Louisa, mêlés à ses sanglots, faisaient écho au craquement de la courroie sur ses fesses. Les fesses de Louisa étaient très douloureuses et la sangle lui faisait plus mal que la brosse ou la canne.

“Étends tes joues, mon amour”, ordonna John en posant la sangle. Louisa se mit derrière elle et écarta ses fesses, ses joues chaudes lui tombant dans les mains.

John admirait la belle vue de Louisa, bien fessée, alors qu’il se déshabillait. Il préférait ne pas la fesser aussi fort qu’il l’avait fait, mais il savait parfois qu’elle devait être punie. Sa bite était dure avec son excitation alors qu’il mettait le préservatif et qu’il étalait du lubrifiant par-dessus. Louisa pleurait encore lorsqu’il s’est déplacé derrière elle et qu’il lui a mis du lubrifiant dans le cul avec son doigt.

“Je vais te donner une punition de baise de cul maintenant, Love.” Il a poussé le bout de sa bite contre son anus. “Allez, chérie. Écarte ces joues et pousse un peu en arrière”.

La bite de John a d’abord fait un peu mal à Louisa quand il est entré dans son cul. Quand il était en elle, elle a mis ses mains sur le lit. John a commencé à la baiser fort, en la frappant sur son cul et ses cuisses punies. Elle avait très mal à cause de la fessée, et chaque fois que John la poussait, ça lui faisait un peu mal. Pendant que John la baisait, Louisa promettait d’être une bonne fille et de ne plus jamais, jamais être méchante. Dieu qu’elle voulait venir, mais Louisa savait que les vilaines filles n’avaient pas le droit de venir pendant une baise de punition. Elle a ressenti le frisson de l’orgasme de John.

Après, John l’a prise dans ses bras en lui disant qu’elle était sa bonne fille. Elle avait pris sa fessée, il a chanté et tout allait mieux maintenant.

les femmes aiment la fessée