“Raconte-moi une histoire”, dit mon amie Kay. “J’aime tes histoires et tu ne m’en as pas raconté depuis longtemps”. Kay ne voulait pas n’importe quelle histoire, elle voulait une histoire de fessée. C’est cette histoire qui a évolué à partir de la demande de Kay.

Le temps passe, l’eau sombre et temporelle laisse des lignes sur nos visages. Je me suis mariée pour la première fois avant ta naissance, ma chère Kay. Mon ex-femme a été la première femme que j’ai fessée. Elle aimait le bondage. Je lui avais attaché les mains et l’avais pliée sur le canapé. J’ai rougi ses fesses avec une règle. Cette fois-là, au moins, elle a adoré. Je suis tombé follement amoureux d’elle (ou était-ce de la luxure ?)

Nous nous sommes mariés dans un club privé avec vue sur la baie de San Francisco. Il y avait une quarantaine d’invités et nous avons été mariés par un juge fédéral à la retraite. Il y a eu un déjeuner après. D’une manière modeste, c’était la version nuptiale d’un dîner de Thanksgiving avec toutes les garnitures. Je suis un romantique et je pensais que ce mariage allait durer pour toujours. Je ne sais pas trop ce que mon ex-femme en pensait. Peut-être faisait-elle simplement ce qu’elle pensait qu’on attendait d’elle.

La vie prend des tournants inattendus. Huit ans plus tard, Noël s’est bien passé, mais en février, ma première femme a eu une liaison très publique et nous étions sur le point de divorcer peu après. Ce n’est pas cette liaison qui a détruit notre mariage, mais le fait que notre mariage n’était plus important pour ma première femme.

Bien que je ne m’en sois pas rendu compte à l’époque, j’ai eu de la chance. D’abord, si je n’avais pas divorcé, je n’aurais jamais rencontré Daphné. J’ai rencontré Daphné sur un “babillard” Internet consacré au BDSM, environ trois ans avant la naissance du Web. J’ai invité Daphné à déjeuner un samedi au printemps. Je n’oublierai jamais d’avoir ouvert la porte après qu’on ait sonné. Il y avait Daphné dans une robe blanche, ses longs cheveux blonds qui lui coulaient sur les épaules.

J’ai donné une fessée à Daphné et nous avons fait l’amour au deuxième rendez-vous. Les deux premières semaines où nous étions ensemble, nous étions obsédés l’un par l’autre et aucun de nous n’a beaucoup travaillé. Daphné était la femme la plus sexuelle que j’aie jamais connue et elle adorait recevoir la fessée. Je lui ai demandé de m’épouser. Elle a dit “oui” et toutes ces années plus tard, nous sommes toujours profondément amoureux.

Daphné avait déjà été mariée auparavant et aucun de nous ne voulait d’un autre mariage officiel. Daphné a appelé l’agence matrimoniale du comté et nous avons pris rendez-vous pour nous marier. Nous avons invité quelques amis, mes parents, nous avons fait une réservation dans un restaurant italien pour le déjeuner après le mariage et c’est tout.

La seule partie traditionnelle du mariage était la robe de Daphné qui était en dentelle blanche sur du coton blanc. La robe avait un corsage à boules qui mettait en valeur son décolleté. La robe descendait juste au-dessus de ses genoux et elle portait des bas blancs. Daphné portait des fleurs dans ses cheveux blonds miel. Nous avons une photo d’elle ce jour-là et je n’oublierai jamais à quel point elle était belle.

Nous avions mis nos sacs dans la voiture la veille et après le déjeuner, nous avons descendu la côte pendant deux heures jusqu’à une auberge nommée Finestra. Finestra est située à plusieurs centaines de pieds au-dessus de l’eau, au milieu des séquoias. Il y a un bâtiment principal où l’on sert le petit déjeuner et où l’on s’enregistre. Les chambres sont situées dans des bâtiments en bardeaux de séquoia disséminés sur le terrain, entourés de séquoias, de manzanitas et de lauriers roses.

Nous avons logé dans la chambre 52, au deuxième étage, avec une vue sur les prairies et les champs jusqu’à l’océan. Lorsque nous avons apporté des sacs dans la chambre, j’ai remarqué que Daphné avait emballé le tube d’affiche en carton que nous utilisions pour tenir les cannes à fessée lorsque nous voyagions.

“C’est pour toi”, a dit Daphné alors que je déballais mon sac, en empilant des livres sur le bureau en face du lit. Elle m’a tendu une fine boîte rectangulaire en argent, attachée par un ruban d’argent. À l’intérieur se trouvait une pagaie de fessée en forme de ping-pong, faite de bois lourd et sombre.

“C’est un cadeau de mariage”, dit Daphné. Elle s’est approchée et m’a embrassée pendant que je la tenais, en lui mettant le derrière dans la main gauche. “Veux-tu me donner une fessée pour la nuit de noces ?”, dit-elle doucement à mon oreille. “Veux-tu me donner une fessée forte ?”

“Oui, je le ferai. En fait, je pense que nous devrions commencer maintenant.” Je me suis assis sur le lit et j’ai tiré Daphné sur mes genoux. J’ai relevé la jupe de la robe de Daphné pour que le tissu se trouve à la base de son dos. J’ai passé ma main sur la dentelle pure de la culotte bikini blanche Christian Dior de Daphné, qu’elle portait par-dessus les jarretières soutenant ses bas blancs (oui, c’était à l’époque où Christian Dior avait une ligne de lingerie). Je pouvais voir la fente des fesses de Daphné à travers la matière. J’ai commencé à donner la fessée à Daphné, en alternant les côtés. J’aimais la sensation de son derrière sous ma main, protégé par rien d’autre que la dentelle pure. Après lui avoir donné quinze ou vingt fessées de chaque côté, je me suis arrêté pour la caresser. La dentelle pure soulignait les lèvres de sa chatte.

“Quelle vilaine petite fille”, lui dis-je en passant mon doigt sur la fente formée par la dentelle sur sa chatte. Je sentais que sa culotte commençait à s’humidifier avec son excitation. Elle a levé les hanches tandis que mes doigts glissaient à l’intérieur de sa culotte, la tirant vers le milieu de ses cuisses.

J’ai caressé la courbe douce de ses fesses, en faisant courir le dos de mes doigts sur la courbe intérieure où ses joues se rejoignaient. La claque de ma main sur les fesses de Daphné a fait écho dans la pièce lorsque j’ai recommencé à lui donner la fessée, chaque claque laissant une faible empreinte de ma main, qui s’estompe. Ses fesses commençaient à rougir et ma main commençait à me faire mal.

“Sors la règle de mon sac, s’il te plaît”, dis-je à Daphné.

Bien que ses jupes soient tombées en place, Daphné n’a pas remonté sa culotte. Elle a traversé la pièce à petits pas pour récupérer la pagaie. Elle m’a tendu la pagaie et s’est allongée sur mes genoux. J’ai remonté sa jupe. J’ai passé ma main entre ses cuisses et elle a écarté ses jambes aussi large que la culotte autour de ses genoux le permettait. Les lèvres de sa chatte étaient gonflées et mouillées par son excitation. Elle gémissait et soulevait ses fesses pendant que je caressais son clitoris.

“Je vais te donner quelque chose à penser pendant le dîner”, lui dis-je en passant mon doigt entre ses lèvres de chatte. “Un hors-d’œuvre qui donne la fessée, un apéritif pour le plat principal plus tard”.

Daphné a poussé un petit cri lorsque j’ai fait descendre la règle sur ses fesses. Ses petits cris de “aïe” sont devenus plus forts quand je l’ai fait pagayer. Après lui avoir donné dix coups, je me suis arrêté et j’ai caressé sa chatte. Elle a poussé contre ma main pendant que je la frottais.

Je lui ai dit : “Je vais t’en donner dix de plus, mon amour”. Je me suis penché, mes lèvres près de son oreille. “Ta fessée de nuit de noces va être beaucoup plus dure. C’est ce que tu veux ?”, lui ai-je demandé en lui frottant le clitoris.

“Oui, Monsieur”, dit Daphné, un peu essoufflée.

J’ai donné les dix derniers coups avec force et rapidité tandis que Daphné s’écria sous la pagaie. Ses fesses étaient roses, du haut de ses cuisses à la courbe supérieure de ses fesses. Daphné s’est levée et a frotté ses fesses, avant de remonter sa culotte.

La station Finestra dispose d’un restaurant sur place, le Ciel, situé sur une colline en face du reste de la station, dans une petite vallée. Ciel est le mot français pour ciel. Le restaurant a une vue sur une colline qui descend vers l’océan. Nous nous sommes assis sur le pont, sous un des radiateurs. En regardant dehors, nous ne pouvions pas voir la colline, seulement l’océan et le ciel. En mangeant, nous avons regardé le ciel s’assombrir. Il y avait de hauts nuages dans le ciel qui devenaient orange et rouge lorsque le soleil se couchait. Quand le désert est arrivé, il faisait complètement noir et nous pouvions voir les planètes se lever près de l’horizon.

Alors que nous marchions vers la voiture (la marche de retour vers la station, à travers la vallée, est trop longue dans l’obscurité), Daphné s’est arrêtée pour regarder les étoiles. Il y a peu de maisons dans la région et la seule lumière concurrençant la lumière des étoiles était les petites lampes au niveau du sol qui éclairaient les chemins. Je suis arrivé derrière Daphné, j’ai mis mes bras autour d’elle et elle s’est appuyée contre moi en regardant les étoiles.

Chaque pièce de Finestra a une cheminée. Le bois pour la cheminée était empilé sur un côté de la porte. Il faisait froid la nuit et nous avons utilisé beaucoup de bois pendant ce séjour. Les gens de l’entretien ont apporté du bois plusieurs fois et nous avons plaisanté en disant que les marmottes réapprovisionnaient notre magasin de bois.

Quand nous sommes rentrés dans la chambre, j’ai allumé un feu dans la cheminée. Il y avait deux grandes chaises devant la cheminée. Je me suis assis sur l’une d’elles et Daphné s’est assise sur mes genoux jusqu’à ce que la pièce se réchauffe.

“Je vais me préparer”, a dit Daphné en se levant pour aller dans la salle de bain.

J’ai disposé sur le côté du lit la pagaie que Daphné m’avait offerte en cadeau de mariage ainsi que les autres accessoires de fessée que je comptais utiliser. Il y avait un ottoman en cuir entre les chaises devant la cheminée et je l’ai déplacé au bout du lit.

J’étais assis sur le bord du lit avec la pagaie en cuir et la règle à pagayer posées sur le lit à côté de moi quand Daphné est sortie de la salle de bains. Elle portait un soutien-gorge en dentelle blanche et la culotte bikini blanche de Dior. Daphné s’est approchée et s’est mise devant moi. J’ai écarté les genoux et je l’ai tirée vers moi, en lui mettant les fesses dans les mains. J’ai embrassé ses seins recouverts de dentelle, en faisant passer ses mamelons à travers la dentelle pure. J’ai ouvert l’agrafe de son soutien-gorge entre ses seins, poussant son soutien-gorge de ses épaules, le long de ses bras, le laissant tomber sur le sol. J’ai pris le mamelon droit de Daphné dans ma bouche, le suçant, le mordant doucement comme je savais qu’elle aimait. Au bout d’un moment, j’ai transféré mon attention sur son sein gauche. J’ai fait glisser sa culotte jusqu’au milieu de ses cuisses. J’aimais la sensation de son mamelon dans ma bouche et son derrière dans mes mains. J’ai glissé le bord de ma main entre les jambes de Daphné, en glissant mon index entre ses lèvres de chatte, qui étaient douces avec son excitation.

“Tu aimes ça, n’est-ce pas, jeune fille ?”, lui demandai-je.

“Oui, Monsieur. Tu vas me baiser, Monsieur ?”, dit Daphné, un peu essoufflée.

“Je crois que tu as une nuit de noces à fesser en premier, n’est-ce pas ?”

“Oui, monsieur. Mais ça fait tellement de bien quand tu suces mes tétons.”

“Et comment m’avez-vous demandé de vous donner la fessée de votre nuit de noces ?”

“Difficile, Monsieur. S’il te plaît, donne-moi une bonne fessée.”

“Je vais t’aimer. Maintenant sur mon genou”

Daphné était si belle allongée sur mes genoux, nue, à l’exception de sa culotte au milieu des cuisses. Je lui ai caressé les fesses pendant un moment, puis j’ai commencé à lui donner la fessée, sentant les fesses nues de Daphné sous ma main, en alternant les joues. Quand ma main a commencé à piquer, j’ai utilisé la pagaie en cuir. J’ai fait descendre la pagaie, d’abord d’un côté, puis de l’autre. La punition que la pagaie m’a infligée était plus douce que la forte claque qu’elle émettait lorsqu’elle était reliée aux fesses de Daphné.

Les fesses de Daphné commençaient à rougir d’un rose clair quand j’ai arrêté de la pagayer. J’ai retiré sa culotte de ses jambes, la laissant tomber sur le sol à côté de son soutien-gorge. J’ai mis ma main entre ses jambes et elle a écarté les cuisses avec obéissance, ouvrant sa chatte à ma main. Ses lèvres de chatte étaient gonflées et lisses. J’ai poussé mon pouce en elle, en frottant la base de mon index contre son clitoris. Quand elle a commencé à bouger contre ma main, j’ai retiré mon pouce.

“Faites ça encore. S’il vous plaît, Monsieur”, a dit Daphné.

J’ai pris la pagaie de la règle et j’ai frotté le bois lisse sur la peau douce des fesses de Daphné.

“Tu peux en avoir plus après avoir pris la règle, jeune fille”, ai-je dit à Daphné quand j’ai commencé à lui donner la fessée avec la fine pagaie. La pagaie de la règle faisait plus mal que la pagaie en cuir et bientôt le coup de pagaie a été suivi de petits cris de Daphné. Je lui ai donné une dizaine de coups, puis j’ai arrêté de la taquiner jusqu’à ce qu’elle remonte les hanches et appuie son clitoris contre ma main. Puis je recommençais à la faire pagayer, en laissant la douleur la refroidir un peu avant de la taquiner à nouveau.

Ses fesses étaient chaudes sous ma main lorsque je la caressais, et un rose profond commençait à rougir à force de pagayer.

“Tu peux te lever maintenant, mon amour”, dis-je à Daphné en lui donnant une tape sur sa fesse droite. Elle s’est levée et a frotté ses fesses. J’ai mis un oreiller au bout du lit, devant l’ottomane.

“Couche-toi au bout du lit”, ai-je dit à Daphné.

Elle s’est agenouillée sur l’ottomane et s’est couchée au bout du lit, l’oreiller sous ses hanches poussant ses fesses vers le haut, ses cuisses écartées. En regardant Daphné dans cette position, ses fesses se sont présentées pour la punition, ses cuisses se sont écartées, sa chatte exposée m’a donné envie de la prendre à ce moment-là. Ma bite était très dure, elle se pressait contre mon pantalon et devenait inconfortable. Je me suis déshabillée, en empilant mes vêtements à côté du soutien-gorge et de la culotte de Daphné et j’ai pris la canne en rotin sur le côté du lit.

J’ai tapé la canne contre les fesses nues de Daphné, la laissant penser aux coups qui allaient lui brûler les fesses. Elle a poussé ses fesses un peu vers le haut, en offrant ses joues. J’ai mis le bout de la canne entre les lèvres de la chatte, en poussant doucement la tige contre son clitoris. La canne était assez raide pour la taquiner, mais pas assez pour lui donner satisfaction quand elle la poussait contre elle. Je lui ai tapé le derrière avec la canne, son derrière remontant à nouveau, ses fesses s’étalant comme les moitiés d’une pêche mûre. J’ai fait descendre la canne en travers de ses fesses.

“Tu es une si bonne fille pour me garder les fesses en l’air”, lui ai-je dit en la frappant, la canne laissant des lignes rose clair sur ses fesses lorsque je lui ai donné la fessée. Au fur et à mesure que les coups de bâton devenaient plus durs, ses fesses se contractaient, la douleur du coup de bâton se répandant sur ses joues. Puis ses fesses se relâchaient à nouveau lorsqu’elle poussait un peu vers le haut pour faire le prochain coup. Je lui ai donné un coup plus fort sur la partie inférieure de ses fesses, juste au-dessus de ses cuisses, et elle s’est tordue en se déplaçant d’un côté à l’autre pendant un moment alors que le coup brûlait sur ses fesses.

“Vilaine fille. Vous savez qu’il ne faut pas vous déplacer”

“Mais ça fait mal, Monsieur. Je n’ai pas pu m’en empêcher”

“Les fessées sont censées faire mal, jeune fille”, lui ai-je rappelé. “Maintenant, rassemblez vos jambes. Tu vas avoir des extras pour ne pas rester tranquille”

Daphné a rassemblé ses jambes. Elle s’est mise à pleurer quand je lui ai donné deux coups sur le haut de ses cuisses.

J’ai posé la canne sur le lit et je me suis déplacé derrière elle. Elle a ouvert ses cuisses quand elle a senti ma main entre-temps. Sa chatte était très mouillée et je suis entré en elle facilement. J’ai senti la chaleur de la canne sur ses fesses lorsque je l’ai poussée lentement. Elle était si belle, si délicieuse que j’ai dû me concentrer pour ne pas jouir pendant que je la baisais. Elle a commencé à bouger contre moi, en essayant d’avoir un rythme plus rapide.

“Reste tranquille, jeune fille, ou je vais devoir te punir

“Mais vous vous sentez si bien…”, dit-elle à bout de souffle, en se repoussant contre moi. Elle a gémi quand je me suis retiré.

J’ai pris la canne et j’ai commencé à lui donner une nouvelle fessée, en donnant des coups plus forts, chaque coup de canne étant suivi d’un petit cri de Daphné qui tenait son derrière en l’air, offert pour le prochain coup. Je lui donnais des coups de canne jusqu’à ce que ses cris deviennent plus forts, que ses fesses se contractent, la canne laissant une ligne rouge sur les jolis fesses de Daphné. Ensuite, je la pénétrais à nouveau, la baisais lentement jusqu’à ce qu’elle commence à bouger et je la grondais à nouveau, me retirais et lui donnais encore des coups de canne. À chaque fois, ses fesses étaient plus chaudes sous moi.

Je me suis penché sur le lit, j’ai mis mon bras sur Daphné, j’ai glissé ma main sous son sein droit pour pouvoir faire rouler son mamelon entre mes doigts. “Je vais te mettre sur mon genou et te donner une autre rame, puis ta fessée sera terminée”, dis-je doucement à son oreille en lui pinçant doucement le mamelon.

J’ai pris la pagaie en bois sombre que Daphné m’avait donnée et je me suis assis sur le côté du lit. Daphné s’est couchée sur mes genoux, en plaçant ses hanches sur ma cuisse droite. Je caressais la douce courbe de ses fesses, sentant les légères marques et sa peau chaude.

Je lui ai tapoté les fesses avec la pagaie. Le bois dur lourd et sombre reflétait la lumière du feu. Elle a fait de petits mouvements d’un côté à l’autre, ses fesses se serrant. Daphné savait que la pagaie qu’elle m’avait donnée lui ferait mal. Plus tard, ce sera la pagaie que j’utiliserai pour lui donner des fessées de punition.

“Je vais t’en donner vingt sur chaque joue, mon amour”, lui dis-je. “Ça va faire très mal, mais ensuite ta fessée sera terminée. Tu peux prendre ça pour moi ?”

“Faut-il qu’il y en ait autant, monsieur ?”

“Je veux que tu me montres que tu es à moi, mon amour. Que tu prendras la douleur à ma place. Peux-tu faire ça pour moi ?”

“Oui, Monsieur”

J’ai tapé sur sa fesse droite avec la pagaie. “Maintenant, demande-moi de te pagayer. Fort.”

“S’il vous plaît, Monsieur, vous me ferez pagayer ? Pagayez fort !”

J’ai fait descendre la pagaie sur sa joue droite, puis sur sa gauche. Alors que le bois dur se fendillait sur la partie inférieure de ses fesses, Daphné s’écria à chaque coup de pagaie. Je lui ai donné vingt coups de chaque côté, fort sans pause, en la fessant comme une vilaine fille.

J’ai posé la pagaie et caressé la chatte de Daphné, la laissant reprendre son souffle, lui enfonçant à nouveau mon pouce, lui frottant le clitoris. Elle était très mouillée et la gluante de sa chatte s’était répandue sur ses mons. Ses fesses étaient pourpres et très chaudes.

“Tu veux monter sur ma bite, jeune fille ?”

“Oui, s’il vous plaît, monsieur”

Elle s’est levée et je me suis couché sur le dos au milieu du lit, la pagaie dans la main droite. Daphné m’a enjambé, guidant ma bite en elle. Elle s’est jetée vers le bas, chevauchant ma bite, se penchant sur moi, ses cheveux blonds miel en cascade. Alors qu’elle avançait plus vite, je me suis placé derrière elle et j’ai commencé à lui donner une fessée avec la pagaie, en alternant les côtés. Je sentais son orgasme se développer et je lui ai donné une fessée plus rapide et plus forte, en pagayant sa joue droite, sans changer de côté. Lorsque la vague de son orgasme s’est abattue sur elle, j’ai arrêté de lui donner la fessée.

Daphné s’est penchée et l’a embrassée, ses cheveux nous couvrant tous les deux.

“Je veux te prendre par derrière”, lui ai-je dit au bout d’un moment.

Elle s’est levée et s’est déplacée vers mon côté droit, à genoux, la tête sur le lit, le derrière vers le haut, les cuisses écartées.

Je suis entré en elle, guidant ma bite dans la chatte avec ma main. J’aimais la sensation de son derrière chaud contre moi, le fait de savoir qu’elle serait très endolorie par la fessée que je lui avais donnée.

“Je vais te prendre à la gorge”, dis-je à Daphné.

Elle a mis ses bras devant elle, ses mains appuyées contre la tête de lit. J’ai commencé à la pousser, lui donnant de longues et dures fessées alors que je la frappais, lui donnant des coups de hanches sur ses fesses chaudes et punies alors que je la baisais. Elle respirait fort sous moi, faisant des petits bruits comme quand je lui ai donné la fessée. Je voulais continuer à la baiser fort comme ça pour toujours et j’ai retenu mon orgasme aussi longtemps que possible. Quand il est finalement arrivé, c’était comme un éclair aveuglant de lumière blanche, remplissant le monde.

Nous nous sommes ensuite allongés ensemble, Daphné s’est approchée de moi à la cuillère dans mes bras pendant que je l’embrassais et lui disait combien je l’aimais. Au bout d’un moment, Daphné est retournée dans la salle de bains alors que je mettais l’écran devant le feu. Nous avons tous les deux dormi profondément, les fesses de Daphné étant pressées contre mes hanches. Quand je me suis réveillé le matin, ma bite était dure, appuyée contre ses fesses.

Pendant que Daphné se douchait, j’ai fait un feu dans la cheminée et je suis sorti pour prendre mon petit-déjeuner. Daphné était assise devant le feu en peignoir quand j’ai rapporté des framboises, du granola, des croissants et du café.

Après le petit-déjeuner, Daphné est venue s’asseoir sur mes genoux. J’ai glissé ma main sous son peignoir, caressant ses seins et roulant doucement ses tétons entre mes doigts pendant que je l’embrassais. Au bout d’un moment, nous nous sommes levés et nous sommes allés sur le lit. J’ai enlevé le peignoir de Daphné et j’ai pris la règle de l’endroit où elle se trouvait sur la table de nuit.

“Je viens de recevoir une fessée”, se plaignait Daphné alors que je la tirais sur mes genoux. “J’ai encore mal aux fesses”, a-t-elle ajouté.

Je lui ai caressé les fesses, qui étaient couvertes par une culotte de bikini noire. La fine matière qui recouvrait sa chatte était humide lorsque je l’ai caressée.

“Tu es terriblement mouillée pour une fille qui ne veut pas d’une autre fessée”, lui ai-je fait remarquer. J’ai baissé sa culotte et j’ai commencé à lui donner une fessée avec ma main. Je me suis arrêté et je l’ai caressée davantage, en faisant glisser mon index sur son clitoris.

“Je ne pense pas que ta chatte veuille que j’arrête”, lui ai-je dit.

“Eh bien, ma chatte ne m’a pas demandé mon derrière.”

J’ai pris la pagaie de la règle et j’ai commencé à donner la fessée à Daphné. “J’ai peur que ton derrière doive payer le prix de ta chatte de salope alors”. Je pouvais voir que la règle lui faisait plus mal que d’habitude sur ses fesses douloureuses quand je lui donnais la fessée. Quand ses fesses ont rougi, j’ai demandé à Daphné de se pencher sur le lit et je l’ai prise par derrière.

Sexe hard durant la nuit de noces